Oldies But Goodies: Marvel Mystery Comics #63 (1945)

16 juillet 2011 Non Par Comic Box

[FRENCH] Dans la chronique prcdente, on a pu voir que Timely/Marvel Comics a parfois pouss le bouchon assez loin en termes de mimtisme avec DC Comics, allant jusqu’ provoquer une rencontre entre Captain America et une Catwoman identique celle que Batman pouvait combattre la mme poque. Un petit coup en douce, ni vu ni connu ? Une nouvelle enqute de l’Angel du Golden Age va au contraire nous montrer quel point la chose n’avait rien d’un accident et tient plutt d’une pratique gnralise… Et quel point !

Nous sommes en avril 1945 (soit un mois peine aprs la publication de Captain America Comics #45, dans lequel le Captain en question avait finalement crois une « vraie » Catwoman) quand parat Marvel Mystery Comics #63. Angel (le justicier moustachu que nous avons dj plusieurs fois mentionn dans le cadre d’Oldies But Goodies) y affronte « une nouvelle crature froce qui fait ses dbuts dans le crime ! Doue d’une force tonnante, d’une incroyable agilit et frocement ruse, elle se mesure au Angel dans… l’Horreur de Catwoman ! (« Horror of the Catwoman« ). Oui, encore une et cette-ci lance quelques semaines aprs que son homonyme ait affront Captain America. La Catwoman (nom crit en un seul mot, l o celle de Cap mnageait un espace entre « Cat » et « Woman« ) qui s’oppose Angel dans cette histoire apparat ds la premire page : une femme habille dans une combinaison de cuir noir, avec de fausses oreilles pointues sur la cagoule.

En dehors du fait que son visage n’est pas masqu, cette Catwoman est relativement identique Miss Fury et Cat’s Paw, autre criminelle dj affronte par Angel en 1941. Il serait mme tentant de penser que Cat’s Paw et cette Catwoman ne sont qu’une seule et mme personne (qui aurait tout au plus modifi sa cagoule entre-temps) mais l’histoire ne donne pas ce loisir puisque ds les premires lignes on nous parle bien de quelqu’un qui fait ses dbuts dans le crime. Et les pages suivantes vont nous montrer qu’Angel et Catwoman ne semblent pas se (re)connatre…

Une nuit, Angel se promne dans le quartier des bijoutiers quand il coute des dtonations. Quelqu’un vient de tirer plusieurs coups de feu et le hros arrive dterminer que ces bruits viennent de la seule fentre allume dans toute la rue. Angel ne perd pas de temps. Il ne sacrifie mme pas au crmonial qui veut qu’un super-hros enfile toujours son costume avant de foncer vers l’action. C’est en costume de ville qu’il arrive au sixime tage et fait irruption dans un bureau, surprenant une femme dans une combinaison noire en train de drober le contenu d’un coffre fort.

Elle est arme d’un revolver et menace le hros (d’ailleurs puisqu’il est rest en civil, elle n’a pas de raison de souponner qu’il s’agit d’autre chose que d’un simple curieux. Visiblement elle a dj tu un homme (qui gt sur le sol) pour arriver ses fins. Mais l’hrosme d’Angel ne se mesure pas au port d’un costume color. Sans se laisser impressionner, il prend de vitesse la criminelle et lui saute dessus en criant « espce de femelle chat meurtrire ! » (en anglais « You murderous she-cat !« ). La femme lui tire alors dessus en s’exclamant « Okay l’ami, tu l’auras voulu !« . Heureusement Catwoman a mal vis et Angel arrive s’emparer du revolver de la femme. Se sentant en position d’infriorit la criminelle s’avoue vaincue en utilisant un vocable qui va vous paratre familier pour peu que vous ayez lu avec attention les chroniques prcdentes : « Okay ! I know when I’m licked ! » (autrement dit « Okay, je sais quand je suis battue !« ). Mais nous y reviendrons plus en dtail un peu plus tard. En fait, Catwoman a seulement fait semblant de se rendre pour mieux surprendre Angel. Elle lui donne un double coup de pied en plein visage et profite de la confusion pour s’chapper vers le toit. Quand le hros pense l’avoir rattrap, alors qu’elle se tient prt du vide, la femme-chat n’hsite pas sauter dans le vide. Mais elle n’est pas vraiment inconsciente. Elle s’est rattrape un support mural de drapeau (un « flagpole »), pour mieux s’introduire dans un appartement, quelques tages plus bas.

Observant comment elle a fait, Angel s’lance sa poursuite en s’accrochant au mme support. Malheureusement pour lui, elle a le temps de se glisser dans l’ascenseur avant lui. Angel n’a plus qu’ descendre les escaliers quatre quatre en esprant la rattraper. Mais malheureusement, arriv au niveau du sol, il heurte un passant, ce qui l’empche de rattraper sa proie… Arriv ce stade je pourrais continuer de faire semblant en esprant que vous n’avez rien remarqu, histoire de me mnager une belle conclusion thtrale mais avec la multiplication des indices, la plupart d’entre vous auront sans doute dj « tiqu » en lisant les paragraphes prcdents. C’est normal.

Le scnario de cette aventure d’Angel est… le mme que celui dj observ dans Captain America Comics #45. Non seulement dans les deux cas la criminelle s’appelle Catwoman mais le dcoupage et les dialogues sont majoritairement similaires, parfois mme identiques ! Dans l’pisode dj vu, Captain America et Bucky se promnent dans la rue quand ils coutent des coups de feu venant d’un tage lev. Dans leur cas c’est le dixime, ici c’est le sixime mais tout le fonctionnement est identique (mis part qu’Angel ne dispose pas d’un sidekick ou d’un bouclier l’preuve des balles). Quand il surprend sa Catwoman, Angel s’crie « You murderous she-cat !« , qui est mot pour mot la phrase utilise par Captain America un mois plus tt. Comme l’autre Catwoman, celle d’Angel s’exclame « Okay, you asked for it ! » en lui tirant dessus. L aussi on est dans le « mot pour mot ». Enfin, quand Catwoman fait mine de se rendre, elle dit « I know when I’m licked !« . Nous avons dj vu que c’est une phrase qui remonte Batman #1 et la premire capture de Selina Kyle (la Catwoman de DC) par l’homme chauve-souris. Mais qu’on ne s’y trompe pas : La Catwoman d’Angel n’est pas une nime rincarnation de Selina. C’est la copie d’une copie. Tous ses actes sont calqus sur ceux de la Cat Woman vue dans Captain America Comics #45. Seuls demeurent quelques changements cosmtiques. Par exemple pour s’enfuir, Cat Woman mordait Captain America tandis qu’ici Catwoman frappe Angel coups de pieds. Mais la finalit est la mme. Dans les deux cas les femmes s’chappent vers le toit de l’immeuble, semblent plonger vers une mort certaine et se rattrapent un « flagpole » avant que le hros dcide de les suivre par la mme voie.

A partir de l, c’est donc sans surprise qu’on constate qu’Angel suit les mmes mthodes que Cap et Bucky un mois plus tt. Le hros trouve que l’intervention du passant est tombe un peu trop pic. Il dcide donc de le prendre en filature et s’agrippe la voiture qui emmne l’homme, convaincu que c’est un complice de Catwoman. Il surprend ainsi la criminelle alors qu’elle tait sur le point de partager le butin avec le reste de sa bande. Rapidement, une bagarre clate. Mais Angel est de taille rsister aux hommes de Catwoman. Ce qui fait qu’elle tente de le poignarder par derrire (exactement ce que Cat Woman avait fait un mois plus tt). La dfense aussi est identique aux vnements de Captain America Comics #45: Angel lance un des gangsters, qui est frapp sa place par le poignard. Droute, Catwoman tente alors de s’enfuir en voiture mais le hros saute sur le toit de l’automobile. Consciente qu’elle ne lui chappera pas, Catwoman enrage : « Tu ne me prendras pas vivante ! » et elle fait sortir le vhicule de la voie, provoquant un accident qui lui cote la vie. C’est exactement la mme chose que dans l’pisode de Captain America. A ceci prs que dans ce cas-l, il reste une case en « bonus » dans laquelle la police dcouvre le gang inconscient ainsi que le cadavre de la jeune femme, qu’Angel a pris soin de dposer au repaire de la bande (alors que dans le cas de Captain America il n’inspectait pas de prs le corps de la criminelle).

Au demeurant le scnario d’Angel n’est qu’une pale copie de celui de Captain America. Insistons pourtant sur le « au demeurant » car en raison des dlais de bouclage assez chaotiques de l’poque rien ne dit, aprs tout, que l’pisode original n’est pas celui d’Angel, qui aurait t produit avant celui de Captain America. Dans tous les cas il est vident que les deux pisodes n’ont qu’un seul scnariste… et un seul scnario. On n’est pas dans le cas o un dessinateur aurait regard par dessus l’paule d’un collgue et se serait vaguement inspir de ce que l’autre faisait. Plusieurs phrases et terminologies sont strictement les mmes ! Pourquoi produire deux pisodes avec une seule histoire ? A priori il n’y a pas de raison logique. Ou disons plutt qu’il est dj arriv qu’un scnariste du Golden Age s’inspire d’une histoire cre quelques mois ou quelques annes plus tt pour faire un remake. Mais en gnral l’auteur prend au moins la peine de changer quelques lieux et quelques noms de personnages. La seule « grande » diffrence, finalement, c’est que le dessinateur de Marvel Mystery Comics #63, Jimmy Thompson (qui illustrait aussi l’poque les aventures de Robotman chez DC), s’est donn la peine d’inventer un costume distinctif pour sa Catwoman. Un costume qui, comme on l’a dit, lorgne normment sur ceux de Miss Fury et de Cat’s Paw mais qui a l’avantage, l’poque, d’tre trs diffrent de l’apparence des Catwoman (women ?) affrontes par Batman et Captain America.

Si la Catwoman d’Angel avait cambriol une banque, n’avait pas us des mmes phrases et s’tait donn la mort d’une autre manire (disons qu’au lieu de s’enfuir en voiture elle aurait utilis un bateau et se serait noye), on aurait pu lire une trame trs proche sans forcment le raliser aussi facilement. Dans le cas prsent, le scnariste ne s’est pas donn la peine de se cacher. Peut-tre, finalement, parce qu’il agissait de bonne foi et n’avait rien cacher. Il est possible (et c’est l’explication la plus simple) qu’un auteur ait livr un script et que le responsable ditorial l’ai confi deux reprises des artistes diffrents sans s’en rendre compte, simplement parce que c’tait la feuille en haut de la pile. Il est galement trs possible qu’une des deux histoires ait t dans un premier temps refuse et que le scnariste ait dcid de la rincarner, la transformant en une aventure d’un autre hros de la firme… Sans se douter que la version premire allait finalement trouver grce aux yeux de l’diteur et tre publie. Une autre alternative serait que le scnariste aurait de manire consciente dcid d’arnaquer l’diteur en lui refilant deux fois la mme histoire. Cela reste dans le domaine du possible mais c’est peu probable. S’il s’agissait d’une tromperie organise, le coupable aurait quand mme pris la peine de changer quelques phrases ou mme le pseudonyme de la criminelle (qui aurait aussi bien pu s’appeler Killer Kitten, Crime Cat ou porter encore une demi-douzaine d’autres noms moins vocateurs). Encore qu’il existe des traces d’une hsitation. Vers la fin de l’piosde d’Angel, la criminelle est soudainement orthographie en deux mots (Cat Woman) puis dans l’avant-dernire case elle est identifie comme tant… Cat Girl ! A ce stade de ressemblance « Copycat » aurait pu tre un choix possible !

Cette Catwoman qui est la copie d’un Catwoman copiant elle-mme la Catwoman de DC est un peu le pompon dans la ligne des pseudo-Catwomen publie par Marvel dans les annes 40. Et comme ses « soeurs », elle a la particularit de porter la combinaison noire « fline » associe plus tard avec Selina Kyle. A se demander d’ailleurs si la version plus tardive, post-1946, de la Catwoman de DC, n’a pas t copieusement inspire par les essais de Marvel en la matire (ce qui serait vraiment un comble dans cette affaire « d’emprunts » multiples mais il semble bien qu’il y ait du vrai l dessous). Nanmoins, en raison de son nom (dsormais bien protg par DC), il y a peu de chances que Marvel s’amuserait ramener la Catwoman affronte par Angel, mme si l’diteur pouvait se targuer d’une certaine antriorit sur le costume.

En termes de continuit, la Catwoman ennemie d’Angel interpelle bien sr. Comment deux criminelles aux mthodes si similaires et portant le mme nom ( dfaut d’tre habilles de la mme manire) pourraient avoir fait le mme casse et trouv la mort de la mme manire un mois de distance ? Plus largement on notera que les quatre « femmes-chats » de Marvel (Cat’s Paw, Leopard Woman et les deux Catwoman) semblent chaque fois se sacrifier la fin du combat. Aprs tout le dicton populaire veut que les chats aient neuf vies. On pourrait imaginer que les quatre femmes sont en fait lies par une seule entit qui aurait pris possession de leur corps et sacrifierait ses pions chaque fois qu’elle est sur le point d’tre capture. Ainsi Cat’s Paw plonge du haut d’une haute tour vers des sables mouvants, Leopard Woman saute dans un gouffre et les deux Catwoman se suicident au volant de leur voiture. Ce qui ferait de toutes ces femmes (dont certaines semblaient inexplicablement possder une force ou une agilit surhumaine) une seule super-ennemie fline qui pourrait aussi bien s’appeler Cat’s Paw, She-Cat, Leopard Woman… sans poser plus de problme entre Marvel et DC. Pour peu que quelqu’un chez Marvel s’intresse ramener toutes ces criminelles pour en faire une seule, ce serait une manire relativement lgante de sortir d’une histoire de copies et de piratages d’ides. Un vrai sac de noeuds dans lequel… une chatte ne reconnatrait pas ses petits !

[Xavier Fournier]

PS: La semaine prochaine, autre chose que des flines criminelles, pour changer. Non pas que j’ai puis la liste mais nous y reviendrons une date future…