Avant-Première VO : Review The Torch #3[FRENCH] Il n’y a pas que Captain America qui soit « Reborn » ces temps-ci. Il y aussi la Torche du Golden Age, un des premiers héros de Marvel/Timely. Seulement voilà, le moins qu’on puisse dire c’est qu’entre le retour du Captain et celui de l’androïde, il y en a un des deux qui n’a pas le feu sacré. Paradoxal…

The Torch #3 [Marvel]
Scénario d’Alex Ross et Mike Carey
Dessins de Patrick Berkenkotter
Sortie aux USA le mercredi 4 novembre 2009

The Torch #3A priori on ne peut pas m’accuser de ne pas m’intéresser aux personnages du Golden Age. On pourrait même dire que je suis bon client de cette catégorie et qu’il m’arrive de fermer les yeux sur quelques imperfections pour peu qu’elles permettent d’obtenir une bonne dose de revival. Mais là, non, désolé, il y a des limites à ce qu’on peut s’infliger sous prétexte que les auteurs ramènent un personnage injustement périmé. Parce qu’en dehors de ramener la Torche originelle, l’androïde des années 40, cette minisérie se plante en beauté sur tout le reste. On y retrouve tous les inconvénients d’Avengers/Invaders sans en avoir les quelques points positifs. The Torch #2 avait l’avantage de nous fournir une explication cohérente sur les similitudes de pouvoirs entre l’androïde et son sidekick mutant, Toro. Cette fois rien ne vient sauver les meubles et nous voici donc livré à une histoire qui par moments ne semble avoir personne à la barre. Dans d’autres passages on expédie poncifs sur poncifs (la crédulité de l’AIM envers le Thinker est ahurissante, la facilité de la contre-attaque de Toro également…).

On a connu Mike Carey dans de meilleurs moments mais pour le coup c’est plus le patronage d’Alex Ross qui me semble en cause, tant The Torch fait preuve des mêmes problèmes que certains de ses projets récents où l’alignement de personnages l’emporte sur la présence d’une histoire. A comparer, la mémoire d’Human Torch était mieux servie dans l’arc récent de Captain America sur la Chine et pourtant le héros incendiaire n’y apparaissait qu’en flashback avant d’être enterré… Dommage, vraiment dommage, que ce ne soit pas un Brubaker ou un Fraction. Je vois décidément mal cette mini-série imposer à nouveau The Torch comme un personnage important de l’univers Marvel. On nous promet pour le mois prochain une confrontation Jim Hammond/Namor mais je dois avouer que le charme n’opère pas (en plus 3.99$ pour çà, la pilule est un peu amère) et qu’on suit l’intrigue en pilote automatique. Peut mieux faire ? Non. DOIT mieux faire ! Parce que là, la Torche fait un peu pétard mouillé…

[Xavier Fournier]