Avant-Première VO : Review The End League #9[FRENCH] 9 épisodes et Rick Remender range ses jouets, étant arrivé à la conclusion logique de son histoire. Ce numéro de 40 pages termine en effet la saga, qui plus est de manière magistrale. En manipulant des archétypes propres à Marvel ou DC et en se les appropriant, Remender nous livre quelque chose aussi inspiré qu’énergique, qui devrait logiquement convaincre les big two de lui laisser de plus gros projets…

The End League #9 [Dark Horse] Scénario de Rick Remender
Dessins de Andy Macdonald
Sortie aux USA le mercredi 4 novembre 2009

The End League #9En neuf épisodes de The End League (dont la première partie est parue en VF plus tôt dans l’année chez Akileos) Rick Remender et Andy Macdonald auront su dresser un univers de super-héros fonctionnel et mettre en scène ce qui, chez d’autres éditeurs, aurait donné lieu à un major crossover. Le dessin d’Andy Macdonald (qu’on avait vu récemment dans le numéro spécial consacré à Miss America pour l’anniversaire de Marvel) est tout à fait adéquat, jusque ce qu’il faut pour placer cette production un peu en dehors des publications super-héroïques habituelles et lui conférer un petit parfum « indé » qui convient. Là où la maîtrise de Remender est manifeste, c’est qu’il sera arrivé à nous intéresser au sort de personnages qu’on connaissait peu, qui « importait peu ». Mais non. Peut-être justement parce que tout le monde est sacrifiable, The End League est un remous créatif. Les personnages sont brassés, s’entredéchirent sur les décisions à prendre pour retarder la fin du monde ou au contraire, peut-être, l’accélérer. Le marteau de Thor change de main tandis que le super-héros patriotique semble projeté bien trop loin pour tenir un rôle dans les événements contemporains.

Tout rapport avec Civil War, Secret Invasion et Captain America: Reborn n’est sans doute pas du au hasard. Non pas que je veuille dire par là que Remender ait pastiché ou repompé. Mais il y a visiblement des ressorts philosophiques communs. La différence ? C’est qu’en refermant ce dernier épisode de The End League je n’ai pu m’empêcher de penser qu’il y a là, comprimé dans 40 pages, tout ce qui manquait à la seconde moitié de Secret Invasion. Non vraiment, s’il y a des gens chez Marvel qui lisent the End League, ils se doivent de noter le nom de Remender comme scénariste à faire monter en puissance pour un prochain « event » après cette démonstration. Bref, End League #9 confirme la bonne tenue du reste de la série et ce n’est pas sur la dernière ligne que les auteurs s’essoufflent, bien au contraire. C’est frais !

[Xavier Fournier]