[FRENCH] Que fait Clint Barton quand il n’est pas avec les Vengeurs. Et en un sens quand il n’est pas, non plus, Hawkeye ? Matt Fraction et David Aja lancent un nouveau mensuel consacré à l’archer des Avengers. Ce n’est pas la première fois qu’on teste ainsi la popularité du personnage. Mais là, force est de constater que les auteurs nous donnent d’emblée un angle jamais vu sur ce héros…

Hawkeye #1 [Marvel] Scénario de Matt Fraction
Dessins de David Aja
Sorti aux USA le mercredi 1er août 2012

Lancer une série axée sur Hawkeye est un peu casse-gueule. Les précédentes tentatives n’ont pas vraiment été courronnées de succès. On comprendra que Marvel tente à nouveau le coup en tablant de profiter de la présence de Clint Barton dans le film Avengers. Et Fraction et Aja nous donnent justement… Tout le contraire ! Voici un Barton unplugged, risque-tout, irresponsable… Mais dans une ambiance bien lointaine des acrobaties des super-héros. En un sens la série Hawkeye démarre plus avec le feeling de quelque chose qu’on s’attendrait à voir paraître chez Oni ou chez Image, avec un ton très créator-owned. C’est risqué, c’est gonflé… Mais c’est une très agréable surprise. Là pour le coup, voici une série à montrer à ceux qui disent qu’il n’y en a que pour les mutants ou les crossovers chez Marvel !

C’est un Barton sans barrière, qui ne perd pas trois plombes à savoir avec qui il sort ce mois-ci dans les pages d’Avengers. Certains diront même que ce n’est pas Hawkeye, que ca ne ressemble pas Hawkeye (David Aja canalise même un peu de l’esprit de Mazzucchelli sur Born Again) mais Fraction a trouvé la bonne approche pour justifier ce côté plus « roots » du personnage : Voilà ce qu’il est quand ses collègues ne sont pas là pour le surveiller. Résumé en une seule phrase c’est plus ou moins efficace, mais démontré sur tout un épisode, c’est véritablement efficace et probant. Alors oui, j’imagine mal le titre squatter la première place du top des ventes. Mais, who cares, ici c’est de la qualité. On espère qu’elle sera récompensée et que la série (si elle respecte l’axe de ce premier épisode) s’installera sur la durée. En tout cas, c’est certain, c’est « Oeil-de-Faucon » comme vous ne l’avez jamais vu…

[Xavier Fournier]