[FRENCH] On sait désormais que dans les années 50 Nick Fury avait déjà recruté une première génération des Avengers pour en découdre avec le Red Skull, selon ce que Brian Bendis nous a montré dans les épisodes récents des New Avengers. Mais forcément une fois l’idée lancée en l’air on ne s’en débarasse pas si facilement. Que sont devenus les Vengeurs de 1959 après leur mission initiale ? C’est toute la question évoquée dans cette nouvelle mini-série.

Avengers 1959 #1 [Marvel Comics] Scénario de Howard Chaykin
Dessins de Howard Chaykin
Parution aux USA le mercredi 5 octobre 2011

Howard Chaykin était le dessinateur des flashbacks mettant en scène les « Avengers 1959 » dans New Avengers. Et il est aussi le créateur de Dominic Fortune ET un grand amateur de rétro. Il était donc tout indiqué pour poursuivre plus avant les exploits de ce groupuscule oublié où on croise de forte personnalités comme Kraven ou Namora. Ceci dit Chaykin n’est assurément pas un scénariste/dessinateur qui laisse indifférent et on retrouve dans ce premier numéro ses marottes, pour ne pas dire ses tics. Connaissant l’auteur, par exemple, on pouvait deviner sans trop se tromper que Blonde Phantom, annoncée comme nouvelle recrue dans cette mini, serait une aventurière prête à coucher s’il le fallait (c’est du pur Chaykin mais ça ne me parait pas cadrer avec la Louis Mason qu’on connaissait). Le rendez-vous gâlant entre Dominic Fortune et une jeune dame sent aussi les ambiances à la Blackhawk. Bref, si vous connaissez et aimez Chaykin, vous y retrouverez ses ingrédients, même s’il faut un peu twister les personnages pour que ça rentre.

Globalement c’est un épisode de redémarrage qui montre que, contrairement à ce que pensaient Nick Fury et ses ouailles le danger n’était pas passé. Je trouve que Chaykin maîtrise bien des personnages comme Kraven ou Namora mais que par ailleurs le projet souffre un peu de l’effet « préquelle ». Du coup, par exemple, le Wakanda devient un lieu où on passe pour réclamer une denrée… Alors que j’en était resté au fait qu’en dehors d’une incursion de Captain America dans les années 40 ce pays ne s’était ouvert au monde extérieur qu’après que les Fantastic Four l’aient redécouvert. Celà dit c’est un détail. En un sens cette mini est plus agréable à lire que l’arc qui a vu naître l’équipe, pour peu qu’on aime bien le principe de base. Et Chaykin a l’intelligence d’englober ça dans une petite dose d’humour (le contact de Nick Fury, à la fin, a tout à fait sa place dans un titre Avengers mais je ne suis pas sur que tout le monde comprenne le clin d’oeil).

[Xavier Fournier]