[FRENCH] La résistance humaine a perdu la bombe « Scarlet Witch » mais récupéré deux ex-mutants emblématiques : Sabretooth et Jean Grey. Peuvent-ils vraiment les utiliser pour servir les intérêts des gens normaux ? Et quel est le plan exact de ceux qui ont repris en main l’empire d’Apocalypse ? Dans quel camp se situe le « revenant » aperçu à la fin du premier numéro ? Age of Apocalypse continue de se construire…

Age of Apocalypse #2 [Marvel Comics] Scénario de David Lapham
Dessin de Roberto De La Torre
Sortie aux USA le mercredi 4 avril 2012

D’un côté les humains qui tentent d’évaluer l’intérêt stratégique d’une Jean Grey sans pouvoirs. De l’autre les X-Terminated sont confrontés au retour inattendu de… Cyclops, pourtant considéré mort depuis des années (en tout cas dans cet univers). L’histoire est, en un sens, inégale car on peine à croire que les résistants humains fassent aussi rapidement confiance à Jean. C’est un peu comme si, dans les films Terminator, les soldats humains acceptaient la bonne volonté d’un T800 sans jamais se poser de question. De l’autre il y a les X-Terminated dont on a du mal à croire qu’ils sont vraiment pensés comme les vedettes du titre. Ce qui est clair c’est qu’on ne sera guère fixé sur le cast régulier de la série tant qu’on n’aura pas vu la fin du premier arc. Ce qui est certain c’est que David Lapham commence à répondre à certaines questions. Par exemple, il n’y a pas si longtemps, au moment de relancer Age of Apocalypse on pouvait se demander comment feraient les auteurs vu qu’une bonne partie des X-Men avaient déjà passé l’arme à gauche. Non seulement le retour de Cyclops ouvre une porte potentielle mais l’explication donnée (qui, ouf, ne se fait pas attendre : ici pas de storyline qu’on traîne sur des années…) permet de « penser large » dans ce genre de perspective…

Mais celui qui fait le show dans la série reste Roberto De La Torre qui, oui, ne nous donne pas l’Age of Apocalypse « tendance mangaisée » (façon Madureira ou Cruz) d’il y a deux décennies mais verse dans un côté beaucoup plus noir (encore qu’en un sens la tonalité n’est pas forcément si éloignée du Factor-X de Steve Epting). Age of Apocalypse par Lapham et De La Torre arrive d’un côté à ne pas être un trip nostalgique, en explorant des angles et des personnages nouveaux… Tout en remettant des choses dans la boucle pour que le lecteur ne soit pas égaré. On attend de voir où tout ça va se fixer mais pour le moment ça reste bien parti.

[Xavier Fournier]