[FRENCH] Après notre incursion dans le passé de l’univers de DC Comics partons maintenant dans le futur de la plus ancienne des continuités super-héroïque publiée en France comme aux États-Unis. En février 1958, l’éditeur Artima lance Sidéral 1ère série, magazine au format Récit Complet, dont le sommaire est constitué exclusivement d’histoires de science-fiction. Contrairement à ce qui s’était passé avec Big Boy (cf. French Collection #48), Artima a acheté les droits de traduction de titres déjà anciens afin d’éviter de renouveler la difficile expérience de l’annulation des séries titres aux US alors que le magazine français vient juste d’être lancé.

Dès le premier numéro une série récurrente appartenant à la continuité super-héroïque de l’éditeur DC Comics est au sommaire. Il s’agit de Space Cabby. D’autres, dont nous reparlerons dans des prochains French Collection, apparaîtront au fur et à mesure. Space Cabby est une série mineure de science-fiction créée par le célèbre (de part son activité d’écrivain de science-fiction et de scénariste de comics) Otto Binder dans le #21 de Mystery In Space (août – septembre 1954).

Prévue comme une histoire one-shot, le personnage resurgit dans le #24 (février – mars 1955) dont il orne la couverture (pour l’unique fois de sa carrière). Le #26 (juin – juillet 1954) voit son véritable début comme personnage récurrent jusqu’au #47 (octobre 1958). Le personnage ne réapparaîtra quasiment jamais plus dans une histoire de la continuité super-héroïque de DC mais figure bien dans le Who’s Who et History of The DC Universe.

Space Cabby, dont le véritable nom est inconnu, est un jeune orphelin élevé dans le monde militariste de Ghengkis VII. Dès son plus jeune âge il démontre un talent inné pour le pilotage et la navigation spatiale. Il est engagé dans les « Bored Wars » de 2146 et est crédité du plus grand nombre d’appareil abattus pendant les trois jours que durera le conflit. Démobilisé après les combats, il devient un mercenaire de fortune et écume l’univers et ses spatioports occupant les emplois les plus divers. C’est en 2154 qu’il est pour la première fois vu au volant d’un taxi arborant la plaque #7433.

La série est connue pour son créateur mais également pour avoir été dessinée par Gil Kane et encrée par Bernard Sachs sur la quasi-totalité des épisodes. Les scénarios sont caractéristiques de l’esprit de cette époque où la science-fiction n’est pas encore noire mais emprunte souvent le moteur de l’intrigue à d’autres genres pour la situer dans un décor spatial. Space Cabby met en scène les histoires classiques d’un taxi qui pourrait être new-yorkais, si ce n’est qu’elles se passent dans le futur et dans l’espace.

Les clients de Space Cabby sont le plus souvent farfelus et le mettent dans des situations dont ils se tirent grâce à ses capacités de pilote et sa ténacité. Il n’est cependant pas très chanceux et souvent la fin de l’épisode le trouve moins avancé qu’au début. En France, la quasi-totalité des épisodes ont été publiés dans Sidéral 1ère série.

[Jean-Michel Ferragatti]