Avant-Première VO : Review X-Men Origins: Wolverine #1[FRENCH] Visant sans doute le futur public du film homonyme, voici un numéro spécial des X-Men Origins (on a déjà eu droit à Jean Grey, The Beast, Magneto…) qui a pour vedette un certain mutant canadien. Résultat, un condensé de l’histoire de Wolverine, résolument plus ancré dans la continuité que la plupart des « origins » publiés à ce jour.

X-Men Origins: Wolverine #1 [Marvel] Scénario de Chris Yost
Dessins de Mark Texeira
Sortie américaine le mercredi 29/04/09

X-Men Origins: Wolverine #1Avec un titre comme « Birth of a Weapon » (jeu de mot avec « Birth of a Nation », film sulfureux de 1915 qui mettait en vedette le Ku Klux Klan), Chris Yost semble promettre d’emblée une histoire acide. D’autant qu’il est le co-scénariste d’X-Force, série où en général Wolverine laisse éclater son côté « black-ops » et ne fait pas dans la dentelle. Bizarrement cette promesse de cynisme cède le pas devant un récit plutôt premier degré qui réunit – je pense pour la première fois – dans un ordre chronologique de nombreux flashbacks parus dans des comics éparpillés. X-Men Origins: Wolverine #1 fait le lien entre la genèse familiale du petit James Howlett (autrement dit le Wolverine Origin écrit il y a quelques années par Paul Jenkins) et son recrutement au sein des X-Men. Entre ces deux étapes vous aurez droit à son passage dans les services secrets canadiens, à l’expérience X et à d’autres péripéties qui ont marqué son histoire. Je dois dire que c’est la première fois qu’un comic-book publié dans la gamme « X-Men Origins » me semble autant basé sur la continuité (là où pour la plupart des autres on peut facilement se convaincre que ce sont des récits « iconiques » mais qui ne se passent pas à 100% dans le même contexte que les « Uncanny X-Men ». On définira donc le tout comme une sorte de « cocktail » entre des éléments rarement vus dans l’ordre de cette manière…

Il y a même une petite référence indirecte au procédé japonais de Lord Darkwind utilisé dans l’Expérience X (et ça fait bien des années qu’en général les scénaristes font l’impasse sur ce détail). X-Men Origins: Wolverine #1 ne contient cependant pas « tout » ce qui a pu venir s’ajouter à la biographie du mutant (pas de mention marquante de Romulus par exemple, là où les récents numéros de Wolverine Origins sont pourtant venus démontrer son influence). Disons que d’une part on comprendra le souci de Yost de ne pas compliquer outre mesure un passé déjà assez polymorphe, très compliqué à faire tenir dans un simple « spécial ». Et puis d’autre part on peut comprendre aussi que cet épisode raconte finalement ce que Logan sait de lui-même, ce dont il se souvient, et pas les « coulisses » telles que Romulus dont l’implication reste relativement inconnue pour lui à ce stade. L’effet « continuitaire » est encore renforcé par le graphisme de Mark Texeira, auteur qui a déjà travaillé plusieurs fois sur le Wolverine classique. Je ne suis pas certain qu’un lecteur néophyte sache s’y retrouver dans cette compilation d’événements tant il faut quand même savoir qui est quoi (si vous n’avez jamais entendu parler de James McDonald, par exemple, vous allez le croiser sans comprendre quel est son rôle). Inversement, le collectionneur endurci connait tout ces événements et ne découvrira rien de fondamental. Est-ce à dire que c’est un coup pour rien et que le numéro ne sert à rien ? Non, parce qu’en définitive il a l’avantage de remettre certaines choses dans un ordre linéaire. Le résultat est, au final, plus sympathique que je ne le pensais en me lançant dans cette lecture… Incontournable ? Non. Mais en fin de compte cet épisode a bien plus de teneur que bon nombre de spéciaux qu’on a déjà tenté de nous vendre sur Wolverine…

[Xavier Fournier]