Avant-Première VO : Review: X-Force/Cable: Messiah War #1[FRENCH] Passage imposé si vous lisez les séries X-Force et/ou Cable, ce début de Messiah War réunit tous les protagonistes des deux séries mais aussi deux ou trois autres personnages (y compris, ne le cachons pas, Bishop, toujours sur les traces de Cable). Pour l’instant ce début de saga semble parti surtout pour booster l’univers de Cable. Même si certains « retours » peuvent paraître téléphonés, tout ça à un parfum de regain de tension.

X-Force/Cable: Messiah War #1 [Marvel]
Scénario de Craig Kyle & Christopher Yost
Dessins de Mike Choi & Sonia Oback
Sortie américaine le mercredi 25 mars 2009

Avant-Première VO : Review: X-Force/Cable: Messiah War #1Si vous n’êtes pas amateur de Cable ou en particulier de X-Force, ce n’est pas ce spécial qui va vous convertir. Les deux scénaristes prennent soin d’expliquer les tenants et les aboutissants de Messiah Complex, l’apparition et l’enfance de Hope (ce qui revient en gros à résumer ces derniers mois de la série Cable). Si vous n’avez pas suivi X-Force, par contre, on vous expliquera un peu moins les choses (sans doute parce que Craig Kyle & Christopher Yost connaissent eux-mêmes bien la série pour l’écrire chaque mois, leur subconscient a fait qu’ils ont pensé plus utile de résumer le titre avec lequel ils sont moins familiers). Bref, ce n’est sans doute pas le moyen idéal de découvrir la série (encore qu’il n’est jamais trop tard pour bien faire).

MAIS d’une part n’en déduisez pas que voici un « machin » trop complexe qui en laissera beaucoup sur la route. Dans la note de lecture sur Avengers: The Initiative Featuring Reptil, je parlais de ces spéciaux à 3,99$ qui parfois ont un goût de fill-in. Clairement ici on n’est pas dans ce registre. D’abord X-Force/Cable: Messiah War démarre une confrontation entre les univers des deux titres. Ensuite les scénaristes (avec j’imagine le feu vert de la creative team de Cable) négocient un virage pour la série de Nathan Christopher Summers (déjà tangible dans le Cable précédent). Et c’est tant mieux car Cable fuyant dans des « no-man’s lands » futuristes tout en élévant une petite fille rousse, c’était devenu un peu rengaine une fois passé le premier arc de la série. Tout comme Bishop en mode éternellement furibard, traquant Cable à travers l’espace-temps (autant chercher une aiguille dans une botte de foin). L’identité de son nouvel allié est vite éventée mais quand bien même elle est prévisible, elle va servir à dynamiser le titre…

Pour X-Force, les besoins sont autres. La version Black Ops des X-Men n’a pas besoin de se renouveler. Elle est plus versatile. Mais les auteurs la confrontent de plus en plus avec la question morale qu’elle soulève. On notera par exemple une très bonne utilisation de The Beast, très raccord avec son rôle dans le Uncanny X-Men de cette semaine. On dirait bien qu’Hank McCoy a de plus en plus de cartes en main et qu’il va falloir bientôt rendre des comptes. J’aime bien aussi que Wolverine et sa bande soient en quelque sorte dépassés par le cynisme de Cyclops (là aussi la scène est la continuation directe du dernier épisode d’X-Force). On appréciera, enfin, la présence d’un invité dans la série qui lui n’est pas arrivé là par voyage temporel mais qui semble avoir vécu 1000 ans pour livrer sa mission. Comme X-Force, comme Cable, comme Bishop, comme l’allié de ce dernier, cet invité est lui aussi un pur produit des années 90 et sa présence ici se justifie tout à fait. Je ne dirais pas que cet épisode est très « dense » mais tout au moins il donne envie d’en voir plus sur Messiah War.

[Xavier Fournier]