[FRENCH] Le point fort de Daniel Way sur Wolverine Origins, c’est qu’il reste focalisé sur son histoire et sur les personnages liés à Wolverine, Romulus et au projet Weapon-X originel ainsi qu’à des alliés proches comme les X-Men, Captain America ou Nick Fury. Le point faible, c’est réciproquement qu’on est rarement surpris par l’identité des guest-stars utilisés. Dans ce numéro, pourtant, Way nous montre de ce qu’il est capable en la matière…

Wolverine Origins #43 [Marvel] Scénario de Daniel Way
Dessin de Doug Braithwaite
Sortie aux USA le mercredi 23 décembre 2009

Marvel s’est récemment animé sur la thème de « The List », autrement dit les adversaires que Norman Osborn désire neutraliser en priorité. On a parfois l’impression que Daniel Way a lui aussi sa « liste », c’est à dire un ensemble de personnages auquel il se limite quand il écrit Wolverine Origins. Les X-Men, Captain America… Le relationnel de Logan y passe et y repasse et jusqu’ici le principal moment de fantaisie de ce côté là restait le moment où le scénariste avait importé le personnage de Nuke dans l’histoire, en le liant au passé de Wolverine. Sorti de la on s’éloignait peu de la « liste » habituelle. D’ailleurs ce numéro #43 commence un peu comme ça, avec Logan qui, suite à l’épisode précédent,  demande au Silver Samurai de lui apprendre à manier l’épée en vue de tuer Romulus. Bon, ce retournement scénaristique démontre bien les limites de la liste de Way. A savoir que Wolverine devient l’apprenti d’un maître de l’épée… qui n’a jamais représenté le moindre danger pour lui (d’ailleurs, en dehors de tuer quelques figurants occasionnels, je ne suis pas sûr que le Silver Samurai soit arrivé à réaliser quoi que ce soit dans les comics).

Passé cette séquence un peu conventionnelle, ouf, Daniel Way sort de sa boite de jouets habituelle et commence à confronter Logan a des guest-stars bien moins courus d’avance. Ouf ! Quand Logan a besoin de l’aide d’un téléporteur, ce n’est pas à l’insupportable Pixie qu’il demande un service mais bien à Cloak & Dagger, qui ont récemment rejoints les X-Men. Et cette intervention permet aux deux personnages de briller, de témoigner de leur caractère (à mon sens bien plus dans ce seul épisode qu’ils ne l’ont fait ces dernières années). De la même manière la personne (son identité est connue de ceux qui regardent les solicits mais je vais taire son nom pour ne pas « spoiler » la surprise aux autres) vers qui Wolverine se tourne vers la fin de l’épisode est aux antipodes de l’univers habituel du mutant griffu. On attendait cette femme dans des aventures de Deadpool, de She-Hulk ou des Defenders… La voici dans une position où on aurait plus attendu Mystique. Et ce n’est pas plus mal ! Comme je le disais plus tôt, il y avait un sérieux risque que Wolverine Origins s’égare dans la routine. En sortant du réservoir à mutants traditionnel, le Daniel Way d’Origins nous montre un peu de l’originalité du Daniel Way de Deadpool. Du coup l’histoire est imprévisible non pas parce qu’il y aurait encore un lot de secrets cachés mais parce que les personnages impliqués sont moins courants et qu’on connait moins leurs réactions une fois projetés dans l’univers de Wolvie. Si la série garde ce cap, sa fraîcheur pourrait s’en trouver décuplée…

[Xavier Fournier]