Avant-Première VO: Review Wolverine #1[FRENCH] Et oui ma bonne dame ! Wolverine connaît sa énième relance à la faveur de Marvel NOW. Au delà de l’effet #1 qui est totalement artificiel, le tandem Cornell et Davis nous offre d’emblée une aventure fraîche, libérée des contraintes habituelles liées au mutant griffu. Pas de ninjas japonais en vue, pas de perso mystérieux prétendant surgir d’un passé mystérieux. Ca change…

Wolverine #1Wolverine #1 [Marvel Comics]
Scénario de Paul Cornell
Dessin d’Alan Davis
Parution aux USA le mercredi 13 mars

Cette semaine nous permet donc de découvrir la nouvelle mouture de Wolverine, telle que produite par le duo anglais Paul Cornell et Alan Davis. S’il est encore trop tôt pour juger de la direction de la série sur le moyen ou long terme, le début est assez prometteur, avec le parti pris d’installer Wolverine dans une sorte de milieu clos (une prise d’otages) où son facteur de guérison est poussé au maximum. Un seul terroriste qui place Logan en difficulté ? Oui, mais les choses ne sont pas ce qu’elles paraissent être. Cornell trouve le moyen de bien rebondir (à demi-mots) sur la récente conclusion du Uncanny X-Force de Remender. Voyant un fils maltraité par son père, le héros réagit par instinct, encore marqué par ce qui est arrivé à Daken. Et c’est très bien vu !

Les deux auteurs fonctionnent diablement bien et s’il y a parfois une facilité à voir Alan Davis comme un dessinateur « funny » (Excalibur, par exemple) il fait ici une nouvelle fois la preuve qu’il sait tout à fait véhiculer de bons moments d’action. De fait, ce Wolverine #1 me fait un peu penser (à un certain niveau seulement) à Uncanny X-Men Annual #11, dans lequel le même Davis illustrait déjà une histoire, par ailleurs fort différente, où les guérisons de Wolvie étaient elles aussi poussées à leur limite. Est-ce qu’il fallait forcément relancer une fois de plus la série Wolverine ? On en n’est pas convaincu… Et en même temps il y a une réalité du marché qui fait qu’en cas de nouveau numéro #1 il y a toujours plus de curieux qui viennent, attirés par la promesse d’un épisode collector. Espérons que la technique aura pour effet d’avoir montré le Wolverine de Cornell et Davis au plus grand nombre possible. Car cette série démarre très bien (on n’en attendait pas moins d’une telle équipe créative). Dans l’idéal il faudrait que le run de ces deux auteurs s’installe sur la durée…

[Xavier Fournier]