Avant-Première VO : Review Teen Titans #77[FRENCH] Ne croyez pas ce que vous laisser penser la couverture. Si ce numéro des Teen Titans est bien un tie-in de Blackest Night, vous n’y trouverez pas les Black Lanterns Titans (ou les Black Titans Lanterns ?) ni même d’ailleurs les Teen Titans. Ils sont ailleurs, autrement occupés par les événements du crossover. Est-ce à dire qu’on nous refile du vide ? Non. Et l’histoire est même d’ailleurs plutôt inspirée…

Teen Titans #77 [DC] Scénario de J.T. Krul
Dessins de Joe Bennett
Sortie aux USA le mercredi 25 novembre 2009

Teen Titans #77En général je ne suis pas très fan de ces comics où la couverture vous promet quelque chose et où le contenu, lui, consiste en quelque chose de diamétralement opposé. Non, Hawk, Omen, Aquagirl et les autres ne sont pas au programme mais pour le coup je suis prêt à passer l’éponge et à classer l’image au rang d’illustration symbolique pour rattacher l’épisode à Blackest Night: Titans. Ce mois-ci, les Teen Titans jouent les grands absents mais c’est le personnage de Ravager (Rose Wilson) qui occupe le spotlight histoire de nous montrer que si les Titans (toutes incarnations confondues) ont un certain nombre de « cadavres dans le placard », dans la famille Wilson, dans le genre, on n’est pas mal non plus… C’est encore J.T. Krul qui opère au scénario et là, forcément, ceux qui suivent nos chroniques sur le site me demanderont forcément si c’est le Krul inspiré de Blackest Night: Titans ou bien celui qui passait les plats pour le récent Titans #19.

Ouf, c’est bien la première option qui est de mise. Krul arrive ainsi à initier une aventure qui est liée à Blackest Night et au folklore des Titans sans qu’il soit besoin d’avoir lu sa mini-série ou même d’avoir suivi Teen Titans depuis des années. Tout est dans le comic-book et des flashbacks bien placés viennent vous informer de tout ce qui pourrait être nécessaire. A partir du moment où vous savez que les morts reviennent, vous n’avez même pas besoin d’avoir lu Blackest Night pour saisir le principal. Qui plus est, Krul écrit Ravager et Deathstroke dans une veine assez similaire à celle de Geoff Johns quand ce dernier œuvrait sur les Jeunes Titans. Du coup c’est pour cela que le clin d’œil de la couverture se justifie sur le plan symbolique. Seul bémol que je mettrais dans un ensemble par ailleurs très satisfaisant : l’énième réapparition d’un personnage en dernière page qui, a force de revenir dans l’univers des Titans, devient une sorte de croquemitaine vu et revu. Maintenant, je n’exclue pas que J.T. Krul ait en réserve une manière d’amener un nouvel angle à ce personnage abimé à force d’avoir été usé. On verra ça le mois prochain… En attendant si vous n’aviez pas lu la série depuis un moment cette aventure est très reader friendly et pas désagréable du tout (enfin sauf si vous êtes allergiques aux zombies mais vous étiez prévenus dès la cover)…

[Xavier Fournier]