[FRENCH] Ayant décidé de prendre ses distances avec Buffy, la tueuse de vampires, Spike et ses « sujets » quittent carrément la Terre en cherchant un peu de calme. Direction la Mer de la Tranquillité, sur la Lune. Là, au moins, Spike aura la paix. A moins, bien sûr, que les ennuis le poursuivent partout où il va. Les vacances de Spike commencent plutôt mal…

Spike #1 [Dark Horse Comics] Scénario de Victor Gishler
Dessins de Paul Lee
Sorti aux USA le mercredi 22 août 2012

L’avantage avec les comics, c’est qu’on est pas limité par une grille des programmes où par le budget d’un épisode. Spike peut donc sortir du rôle de faire-valoir de Buffy pour voler de ses propres ailes (après que son départ ait été d’ailleurs plutôt bien négocié dans la série principale). Se pose alors la question : Est-ce qu’un personnage secondaire peut vraiment exister en dehors de sa star ? Ce n’est pas la première fois que Spike évolue loin de Buffy mais la question se repose à chaque fois. il faut bien dire que Victor Gishler a mis le paquet en l’attirant sur la Lune et en le faisant sortir de ses habitudes. On sait que Gishler a une certaine affection pour les vampires (au point de nous en avoir gâvé dans les pages d’X-Men) mais ici il trouve le bon ton, avec un certain humour qui le ferait presque passer pour un « british ». Il y a un peu la même ambiance que certaines adaptations comics de Doctor Who et vues les origines anglaises de Spike c’est plutôt bien vu… D’autant que le dessinateur Paul Lee aussi va dans ce sens et Spike prend un peu des airs de John Constantine.

La série fonctionne sans doute d’autant mieux que Spike a ses sujets pour lui servir, à leur tour, de faire-valoir. Encore que les initiatives qu’ils prennent peuvent parfois faire croire à une petite révolution, les créatures décidant de ce qui est bon (ou pas) pour leur chef. Il faudrait sans doute que la supporting cast se diversifie un peu mais sinon le Spike de Gishler et Lee pourrait facilement devenir une ongoing (ou une suite de miniséries) sans avoir de problème sur le plan du potentiel.

[Xavier Fournier]