Avant-Première VO: Review Secret Origins #4

Avant-Première VO: Review Secret Origins #4[FRENCH] Secret Origins est une série bien nécessaire en ces temps où l’on a parfois du mal à s’y retrouver dans le passé des super-héros de DC Comics. Par contre, la sélection des premiers numéros ne pêche pas vraiment par excès de courage. On reste quand même dans les têtes d’affiche et donc dans des origines relativement balisées. Reste alors les équipes créatives qui nous réservent parfois quelques belles surprises.

Secret Origins #4Secret Origins #4 [DC Comics]
Scénario d’Amanda Conner, Jimmy Palmiotti, Jeff Lemire, Peter Tomasi
Dessin de Stéphane Roux, Denys Cowan, Ian Bertram
Parution aux USA le mercredi 23 juillet 2014

Si vous cherchez un endroit pour y voir plus clair sur les origines contradictoires d’Hawkman, il faudra repasser. DC Comics choisit en effet de viser des valeurs sûres dans cette anthologie. Cette semaine, on a ainsi droit à Harley Quinn, Green Arrow et Robin. Bon point pour la sélection : on est d’abord allé chercher les scénaristes en cours sur les séries concernées. Ce qui fait que, par exemple, pour ce qui est d’Harley, on a vraiment une impression de « numéro bonus » de la série régulière, qui plus est superbement dessiné par Stéphane Roux. Le tout est bien raconté mais je dois dire que je ne suis pas très chaud pour le principe de « Harley était tarée depuis qu’elle est toute petite ». En un sens, c’est minimiser le talent de corrupteur du Joker. Si elle était cramée dès le départ, le Joker est moins responsable. Mais cela se laisse lire assez bien. Je suis largement moins convaincu par la nécessité de raconter encore les origines de Green Arrow, sachant que DC a clairement abordé cet aspect depuis le reboot, qu’en plus on a le Year One de Diggle et de Jock qui reste largement valable et que la série Arrow nous fait de la repasse dessus. Bref, l’utilité de faire raconter encore l’origine d’Oliver Queen semble floue. À plus forte raison parce qu’il n’y a pas vraiment d’angle. C’est du déjà vu et du déjà lu.

Le troisième segment est sans doute le plus inspiré car Peter Tomasi a l’idée d’une sorte de double flashback. D’un côté Damian Wayne se souvient de ses origines mais en plus il s’en souvient alors que son père vient de mourir et que Dick Grayson est sur le point de devenir Batman. Cela donne une sorte de numéro zéro de la série Batman And Robin qui est pour le coup est bien vu, tant la mort de Bruce Wayne et la période « Dick en Batman » sont parfois passées sous silence dans les titres actuels. Et la cerise sur le gâteau, c’est que c’est Ian Bertram (récemment vu sur Batman Eternal) qui s’occupe des dessins. Damian vu au moment de la mort de son père alors que dans les épisodes actuels de Batman And Robin c’est le contraire, c’est une vraie bonne idée, une vision en creux de la relation entre le père et le fils. Bons points pour les histoires d’Harley et Robin mais on aurait pu trouver plus original que la partie liée à Green Arrow.

[Xavier Fournier]

Be Sociable, Share!