[FRENCH] Roger Stern a laissé une trace mémorable sur la série Captain America, à l’époque où John Byrne illustrait ses scénarios. Et récemment encore il s’est intéressé au Captain America moderne à travers (entre autres) la mini-série Forever Allies. Le scénariste expérimenté puise dans une idée ancienne (réunir différents caps, venus d’époques différentes) qui doivent sauver le multivers d’une sorte de contamination due à la dispartion de Steve Rogers…

Captain America Corps #1 [Marvel Comics] Scénario de Roger Stern
Dessins de Phil Briones
Sortie aux USA le 15 juin 2011

En 1982, J. M. DeMatteis avait l’idée d’un épisode (Captain America Annual #6) dans lequel le Contemplator réunissait les quatre premiers Captain America, en défiant les forces de l’espace et du temps pour les envoyer lutter dans une terre alternative fasciste. Roger Stern ne va pas chercher midi à quatorze heures et assume tout à fait ce choix même puisque le Contemplator est à nouveau l’instigateur d’une réunion de différents Captain Americas venus d’ères différentes (curieux, au passage, que Stern ait laissé passé une chance de ramener le Captain America de la révolution américaine…). A partir de là, pour un public qui n’aurait pas connu Captain America Annual #6, disons que les choses approchent de l’ambiance d’un Avengers Forever (ou d’un Exiles) centré sur le seul mythe de Cap. Et ce n’est pas désagréable du tout. D’autant que l’histoire est dense, qu’on nous montre en l’espace d’un épisode une présentation de la situation de départ, la réunion des différents Captains et même les premiers moments de leur mission. Beaucoup d’autres auteurs auraient besoin de nous raconter ça en trois ou quatre épisodes, pour des raisons de « narration décompressée ». Là, clairement, on ne s’ennuie pas. Même si par moments on se dit que l’auteur aurait peut-être pu prendre quelques cases de plus pour nous présenter certains des membres. Tous les lecteurs ne connaissent pas forcément la liste des Cap « alternatifs » sur le bout des doigts. Ceci dit, franchement, ce n’est pas le premier comic-book de la pile que j’ai lu cette semaine et il explose clairement mes lectures précédentes…

Aux dessins, Phil Briones est très en forme et visiblement à l’aise dans cet univers multiple, même si certains designs de personnages inédits m’ont un peu surpris (Commander A, par exemple fait vraiment « 90’s » tandis que Bright Star est sidérante tant elle ressemble à… la Star Girl de la JSA). Aussi bien au niveau du scénario que du dessin on appréciera les clins d’oeils comme Americop ou encore certaines technologies employées (le jet dorsal d’un des flics alternatifs m’a l’air sérieusement basé sur le costume de Mach-IV dans les Thunderbolts). C’est assurément une bonne livraison et même si, en un sens, c’est une redite d’une idée pré-existante, l’exécution est très efficace !

[Xavier Fournier]