[FRENCH] Toujours en tournée au Japon, Batman doit venger le défunt Mister Unknow, arrêter Lord Death Man et se trouver un représentant local. Un épisode avec du rythme, où Morrison enchaîne aussi bien des pièges mortels que d’obscurs points de continuité tandis que Yanick Paquette continue de s’approprier une Catwoman toute en courbes…

Batman Inc. #2 [DC Comics] Scénario de Grant Morrison
Dessin de Yanick Paquette
Sortie aux USA le mercredi 22 décembre 2010

On savait depuis l’épisode dernier que Batman devrait venir à bout d’un piège énorme, digne des délires du Silver Age, avec une pieuvre géante enfermée dans un appartement plein d’eau… Bien sûr, c’est donc le fil directeur de la première scène mais le scénariste ne s’arrête pas là, remusclant profondément Death Man (personnage à peine aperçu dans les années 60) et lui donnant une dimension internationale. Je dois dire que le mois dernier, quand on avait vu la mort de Mister Unknow, laissant derrière lui un « sidekick » désemparé visiblement parti pour prendre la relève je m’étais dis que c’était la première fois que Morrison se répétait. En effet, depuis qu’il a abordé le personnage de Batman, chaque imitation du héros donne lieu à une variation. Et le coup du pseudo-Batman qui meurt et qui est remplacé par son assistant, Morrison nous l’a déjà fait il y a de nombreux mois avec le Dark Ranger. L’auteur aurait donc fait le tour de ses bat-variations ? Et bien non. Dans ce numéro on découvre que l’arrangement entre Mister Unknow et son assistant était encore d’une autre nature, donnant lieu à un cas de figure relativement inédit parmi les « Batmen of the World » qui gravitent autour de Batman… Bref, non, ce n’est pas encore cette fois que le scénariste va se répéter…

On apprécie également le tandem formé avec Yanick Paquette pour donner un récit particulièrement dynamique. L’artiste n’a jamais été le dernier pour dessiner de jolies filles mais sa Catwoman a ceci de particulier qu’elle est mignonne tout en ayant des traits durs, athlétiques, musclés. Dessiner Catwoman est un exercice plus miné qu’il n’y paraît car bien souvent les artistes s’égarent dans le côté lascif sans représenter vraiment un personnage incarnant l’action qu’elle est supposée réaliser. Ici, Paquette trouve le langage corporel qui convient… Et sans parler des seules filles c’est aussi le cas pour le jeune Jiro et certaines de ses poses. Il suffit de regarder la couverture : ce n’est pas un de ces innombrables ninjas bondissants sans logique que nous assènent les comics quand on parle du Japon. Batman Inc. #2 se déguste donc comme un condensé d’action tandis que dans le fond on sent bien que Morrison continue de tisser sa toile de fond. Pour l’instant la série continue de tenir toutes ses promesses !

[Xavier Fournier]