Avant-Première VO: Review Avengers #40[FRENCH] Alors que Secret Wars est à l’horizon, les différentes factions des Avengers convergent. Mais cela ne veut pas dire pour autant que tout ce beau monde s’entend à merveille. Les choix ont des conséquences. Et Steve Rogers n’est pas le seul à avoir de la mémoire…

Avengers #40Avengers #40 [Marvel Comics] Scénario de Jonathan Hickman
Dessins de Stefano Caselli
Parution aux USA le mercredi 14 janvier 2015

Des portes semblent se refermer dans les intrigues de Jonathan Hickman et si ce comic-book est bien Avengers #40 c’est, à bien d’autres égards, un tournant important pour les « New Avengers » que sont les Illuminati. C’est, en un sens, l’épisode qui s’annonçait depuis la fin d’Avengers vs. X-Men. Et cette occasion qui fait que l’on retrouve pratiquement ici toutes les forces, toutes les facettes, liées à la trame d’Hickman. Pas tous les Avengers quand même, car le scénariste ignore les titres qui ne sont pas sous sa houlette. À ce sujet, la page d’introduction est un véritable épouvantail. Bonne idée au départ pour présenter les protagonistes au lecteur, c’est devenu une usine à gaz. 44 visages de personnages (y compris les Mighty Avengers, pourtant totalement absents à l’intérieur). On s’attend à quelque chose de très complexe alors que finalement le scénariste revient aux fondamentaux de son run, aux grandes idées qui ont le chic pour revenir comme un boomerang dès lors que l’on cherche de petits arrangements.

On reconnaît peu le style du dessinateur Stefano Caselli (il faut attendre des personnages plus jeunes comme Sunspot) mais l’histoire est globalement bien servie, graphiquement parlant. Mais ce qui fait le charme de ce numéro, c’est son sens de la finalité. Même si je ne crois pas que ce que l’on nous montre à la fin de l’épisode soit permanent (trop de personnages rayés d’un coup, y compris un lié à l’univers cinématique de Marvel), il y a cette idée que quelqu’un doit payer. Après l’étrange Axis mais aussi une bonne décennie où Iron Man déconne périodiquement, Avengers #40 nous montre (en ce qui concerne un autre personnage) qu’on n’est pas chez les bisounours, que tout n’est pas oublié dès lors que l’on revient en disant « je me suis trompé mais je vais mieux ». Il y a de la détermination dans ce numéro. Il est l’heure de faire les comptes. On verra bien sûr à l’usure ce qui en reste mais il y a un sentiment de verdict implacable. Sans doute un moment important de ce run.

[Xavier Fournier]