[FRENCH] Les quatre derniers Green Lanterns ne le sont plus vraiment, puisqu’ils ont du changer leurs anneaux de peur d’être corrompus à leur tour par le nouveau maître du Green Lantern Corps. Leurs anciens collègues, Mogo y compris, sont lancés à leurs trousses. Hal et les autres doivent donc se planquer dans les méandres d’Oa… Et peut-être découvrir quelques vieux secrets des Gardiens de l’Univers.

Green Lantern: Emerald Warriors #9 [DC Comics] Scénario de Peter Tomasi
Dessins de Fernando Pasarin
Sorti aux USA le mercredi 27 avril 2011

Globalement War of the Green Lanterns a ceci d’intéressant que le « big boss du niveau » est relativement absent (sauf, j’imagine, vers la conclusion), ce qui laisse l’occasion aux quatre ex-Green Lantern centraux de revisiter leurs relations (et c’est vrai que finalement on a peu l’occasion de les voir ensemble). Désormais propriétaires de quatre bagues de puissance d’autres couleurs, Hal, Guy, Kyle et John sont soumis à certaines pulsions et sont inégaux devant les émotions qui les engloutissent. J’espère cependant que la cinquième bague n’est pas le deus ex machina qui va permettre de vaincre Krona car ce serait vraiment téléphoné. Pour l’instant les explorations des quatre héros ont ceci d’intéressant qu’elles permettent encore de rajouter au mythe des Green Lanterns, ramenant dans le présent certains talismans qui n’avaient été mentionnés que dans de lointains flashbacks…

En même temps il y a un côté « croissant » de la menace qui fait que j’utilisais à dessein le terme de « big boss du niveau » il y a quelques lignes. A certains égards ce crossover me donne en effet l’impression d’être écrit comme un scénar de jeu vidéo, avec les héros récupérant divers talismans pour augmenter leur puissance au fur et à mesure qu’ils progressent. Dans le même temps leurs adversaires montent dans la hiérarchie, ce qui donne à l’ensemble un côté un peu mécanique, temporisé seulement par la réunion des quatre dont je parlais plus tôt. Reste le mystère du First Lantern qu’il conviendra d’élucider… Fernando Pasarin, aux dessins, continue d’assurer très bien l’esthétique d’Emerald Warriors, donnant à la série une certaine vivacité…

[Xavier Fournier]