Avant-Première VO : Farscape: Strange Detractors #2[FRENCH] Selon la formule consacrée, dans l’espace on ne vous entend pas crier. Mais qu’est-ce qui se passe si au lieu de crier vous passez votre temps à hurler sur votre prochain ? La distribution de Farscape a tout le loisir de se poser la question puisque l’équipage de Moya (et Moya elle-même) a été infecté par un étrange virus qui déclenche des explosions d’hystérie haineuse. Après avoir survécu à bien des ennemis, les héros risquent bien de s’éliminer les uns les autres…

Farscape: Strange Detractors #2 [Boom] Scénario de Rockne S. O’Bannon, Keith R.A. Decandido
Dessin de Will Sliney
Sortie américaine le 6 mai 2009.

Avant-Première VO : Farscape: Strange Detractors #2Avec le numéro 1 de cette minisérie qui est sorti le 14 avril et une autre mini parallèle elle aussi consacrée à Farscape qui est paru la semaine dernière, le moins qu’on puisse dire c’est que Boom! ne ménager pas ses efforts pour que cette franchise occupe le terrain. Ce qui fait qu’en ouvrant l’épisode il faut d’abord prendre à nouveau ses repères, oublier la série-sœur « D’Argo’s Lament » et se souvenir du contexte de Strange Detractors : une sorte de grippe de l’espace (vous parlez d’être raccord avec l’actualité !) se propage à travers les planètes et les vaisseaux spatiaux. Elle est hautement contagieuse et, passées quelques quintes de toux, les victimes se mettent à en vouloir à tout et à son contraire. En un sens on pourrait dire que ce deuxième épisode ne nous apprend pas grand chose de plus que le premier. Comprenez par là qu’il s’agit surtout d’une extension de ce qu’on connaissait déjà et de ce qu’on avait constaté dans le #1.

Cette fois on assiste à la propagation de ce mal de l’espace, avec des conséquences relativement prévisibles et un certain échauffement des tempéraments. Tout ça serait très « convenu » et même « téléphoné ». D’autant qu’en général je n’aime pas ces histoires où une foule s’entredéchire comme si elle était possédée par l’esprit de lemmings enragés. MAIS. Mais… les scénaristes se sont donnés du mal pour que cela ne soit pas une énième histoire de « mauvais sentiments » contre les « bons sentiments » qui finiront (oui, on s’en doute) par l’emporter. Au contraire ils jouent sur tous les leviers pour que le niveau de dangerosité soit relevé. Ici pas de niaiserie où un des héros arriverait à résister à la rage en raison de l’amour ou de l’amitié qu’il a pour le voisin. Non, les crans de sécurité sont enlevés. Je ne sais pas s’ils iront jusqu’à tuer un des membres de l’équipage (on verra dans les numéros à venir). Sans doute que non. Mais peu importe. Les gestes que certains d’entre eux passent à deux doigts de commettre témoignent de leur furie sans retenue. Du coup, la tension est tangible et l’épisode se lit de manière assez plaisante, même si j’aimerais que le graphisme mûrisse un peu…

[Xavier Fournier]