[FRENCH] Attaquer Asgard ? Quand on est membre des Dark Avengers et qu’on peut compter sur le soutien d’un Iron Patriot ou d’un Sentry, c’est une chose. Quand on fait partie des fantassins de l’Initiative, avec des pouvoirs moins reluisants, c’est carrément aller au casse-pipe. Si le Taskmaster et ses gens ne sont pas à la fête, l’épisode est excellent…

Avengers: The Initiative #32 [Marvel] Scénario de Christos N. Gage
Dessin de Mahmud Asrar
Sortie aux USA le mercredi 27 janvier 2010

Depuis son histoire sur Johnny Guitar, il y a quelques mois, Christos N. Gage a perfectionné sur ce titre la technique de la longue ballade récitée sous forme de monologue. Le monologue, dans les comics, c’est souvent un piège puisqu’il instaure le plus souvent un fossé entre la narration et les scènes qu’on voit. Mais ici, ça marche : Gage a créé quelque chose sur le titre qui se distingue de l’approche tragi-comique qu’avait en son temps Dan Slott sur cette même série. Le scénariste actuel, lui, déclame comme une sorte de « blues » du super-villain conscient de ne pas vraiment faire partie du haut-de-gamme, confronté à son propre manque de moyens ou d’ambition. Bien sûr, tout ça se déroule sur fond du crossover « Siege », avec la prise d’assaut d’Asgard. Mais que faire quand vous êtes tout au plus un voleur de banques et qu’on envoie vous bagarrer contre des Thor ? Y aller en murmurant déjà, intérieurement, « pas sur la tête ». L’angle de Gage est excellent puisqu’il permet de montrer que si les super-héros ne sont pas contents du « Dark Reign » (et c’est bien logique), les méchants de service ont beaucoup de raisons de ne guère être plus satisfaits de servir sous les ordres d’un Osborn.

Continuant sur sa lancée de l’épisode précédent, Gage narre les événements pour une bonne partie à travers la voix du Taskmaster puis « change de cavalière » vers la fin pour nous montrer une autre problématique, un autre monologue et une autre situation peu enviable. Du coup, c’est un(e) autre membre de l’Initiative dont la situation est d’un coup mise au premier plan. Mention toute particulière au dessinateur Mahmud Asrar pour des progrès spectaculaires ces derniers temps et la qualité graphique de ce numéro, tout en sachant qu’il me parait bien parti pour ne pas s’arrêter en si bonne route et qu’on devrait le surveiller de près dans les années qui viennent.

[Xavier Fournier]