[FRENCH] Wolverine est devenu le nouveau Dark Phoenix. Et sachant qu’un Dark Phoenix en général n’a pas bon tempérament, le fait de choisir cette fois un bonhomme au caractère bien typé n’arrange pas les choses. Et Spider-Man ? Lui, de son côté, pense sérieusement à se marier. Jason Aaron termine ici une mini-série en un sens méconnue (ou en tout cas pas à sa juste valeur).

Astonishing Spider-Man & Wolverine #6 [Marvel]
Scénario de Jason Aaron
Dessins d’Adam Kubert
Sorti aux USA le mercredi 25 mai 2011

Astonishing Spider-Man & Wolverine n’aura pas été aidée, frappée par des délais un peu bizarroïdes (le temps qu’Adam Kubert finisse ses dessins), la série est sans doute passée sous le radar de pas mal de monde à cause de son titre, sachant que la gamme Astonishing ne représente plus grande. Pour pas mal de monde elle est même presque considérée hors continuité tant les événements qui s’y déroulent n’ont pas d’effet sur le reste. Et comme là, en plus, on parlait de voyages temporels et de réécriture de l’univers, il ne faisait pas de doute qu’au final il y aurait une forme d’auto-annulation. Ceci dit… ceci dit, même si j’avais mes doutes au début, Astonishing Spider-Man & Wolverine s’est montrée plus énergique que prévu.

Jason Aaron a fait feu de tout bois, un peu comme un « major event » qui se déroulerait seul dans son coin, réunissant Spider-Man et Wolverine pour les lancer à travers l’espace temps et faire des références aussi diverses que le Dark Phoenix, Devil Dinosaur ou Mojo. Mais ici il se passe quelque chose d’assez intriguant quand il place un des héros dans une situation où son bonheur s’autodétruit en quelque sorte. Et là, franchement, quand on lit l’épisode on se dit que quitte à effacer le mariage de Peter avec Mary Jane, c’est à Aaron qu’il aurait fallu demander de le faire ! Il aurait pu glisser ça dans son projet sans sourciller et, dans cet épisode, nous montre même comment cela aurait pu passer !  Les délais ont sans doute amoindri l’effet de la série mais je pense que pour une lecture en TPB ce sera sans doute parfait).

[Xavier Fournier]