Wandavision s’offre un changement radical de formule pour son quatrième épisode puisqu’il s’agit cette fois de changer de « témoin ». Les deux protagonistes principaux de la série télévisée de Disney+ passent au second plan, tandis que celle qui n’était ces derniers temps que leur « voisine » nous révèle l’essentiel de ce qu’il à savoir sur elle… et le monde extérieur.

Si les premières épisodes de Wandavision (passé l’effet de surprise lié à l’exercice de genre) semblaient prendre leur temps, les choses se sont accélérées au troisième et cette semaine la progression continue, quand bien même on change radicalement de contexte, de logique et de personnages. Disons que le public qui ne regarde le show que pour le premier degré (pour savoir où en sont Wanda et Vision) risque d’être passablement surpris, l’histoire étant cette fois-ci centrée sur une tierce personne (et quelques visages secondaires connus). Après les sixties et les seventies, vous attendiez les eighties ? Eh bien non, pas cette fois-ci en tout cas.

A défaut d’apporter TOUTES les explications (mais qui s’attendait à les avoir toutes à ce stade de la série), cet épisode fait le tri et invalide un certain nombre de théories (qui est, ou pas, l’apiculteur, par exemple, ou quelle est la position du SWORD). Il a aussi l’avantage de resituer les choses dans la chronologie d’Avengers: Endgame. Après les trois premiers épisodes filmés pour imiter d’anciennes séries télévisées, c’est la première fois qu’on entrevoit quelque chose filmé à la manière de l’univers cinématique Marvel.

Ramener les choses à Endgame et là où on avait laissé la plupart des héros Marvel en 2019 n’est pas un mal puisque le « monde d’après » n’a guère été abordé que dans Spider-Man: Homecoming (et encore surtout pour l’Europe). Là, dès les premières minutes on est dans quelque chose de poignant, de plus personnel pour le personnage concerné et c’est d’autant plus notable qu’on le/la connait finalement à peine (qui plus est sous cette apparence). Cette empathie fait qu’assez rapidement le personnage trouve sa place et s’impose comme le numéro 3 du show. En fait, dans cet épisode, c’est même le « numéro 1 », passant devant Wanda et Vision, que l’on aperçoit à peine.

Au terme de cet épisode court, on voit plus clairement qui fait tourner les choses à Westview. Disons qu’on en a la confirmation. On sait aussi ce qui se passe à l’extérieur et quelles sont véritablement les règles de la série. Les révélations n’étonneront pas les lecteurs de comics (ceux qui n’en démordent pas qu’elle est basée sur le Vision de Tom King peuvent définitivement rester couchés, en dehors du fait que Vision vit dans un pavillon, il n’y aucun rapport) et surprendront peut-être le public plus mainstream. On ne sait pas qui gagnera la partie ou dans quel état, mais on commence à voir de quel jeu il s’agît.

Forcément si vous étiez accro à l’effet « Pleasantville », cet épisode va moins vous parler. Mais ce qui demeure à la fin, c’est la potentialité des épisodes à venir. Devant la nature des pouvoirs impliqués, tout peut encore arriver et faire pencher d’un côté ou de l’autre ce premier pied-à-terre du MCU « télévisé ». L’avantage direct est de donner de la substance à un personnage qu’on avait à peine vu dans l’un des films et d’en faire quelque chose de viable, y compris pour les spectateurs non-spécialistes.

[Xavier Fournier]