Ce week-end se tenait Porte de Versailles la 25e édition du Paris Manga & Sci-Fi Show. Pour cette édition anniversaire, le coin comics s’étoffait et changeait de hall à la Porte de Versailles. Un espace plus grand pour accueillir plus d’artistes… et plus de fans (la gigantesque file d’attente à l’extérieur en étant la preuve dès le samedi matin). Au programme ? Dédicaces d’artistes de légende et conférences avec quelques confidences à la clé…

Stronger, better…

Ça commence par un couac… Ce samedi il y a tout simplement trop de monde devant les portes du Hall 7 du parc des expositions de Versailles, au point qu’il faille enrayer la marée humaine et retarder un peu l’ouverture au public. Cet inconvénient est finalement vite oublié en découvrant le nouveau cadre de Paris Manga & Sci-Fi Show, à savoir un Hall beaucoup plus grand, plus moderne, qui permet des allées plus spacieuses tout en accueillant aussi plus d’animations. Un point qui attire son lot de fans : les acteurs de séries US. Et de ce côté-là, il y en a pour tous les goûts : John Wesley Shipp (le Flash des années 90 et plus récemment Jay Garrick dans The Flash), Andrea Parker (du Caméléon), Brian Krause (Leo dans Charmed), Pamela Anderson et Richard Dean Anderson (MacGyver, Stargate SG1). Les stars se prêtent au jeu du photoshoot, des autographes et même des conférences. Et là pour le coup c’est stupéfiant de voir à quel point Andrea Parker semble résister au passage du temps. Chaque jour, ils s’adressent au public, narrant des anecdotes de tournages et évoquant, avec nostalgie, ces séries de la décennie passée.

Petits secrets entre amis

L’un des débouchés les plus visibles du surplus d’espace est, cette année, l’ouverture d’une scène comics non loin de l’Artist Alley, qui permet de picorer des conférences courtes mais nombreuses (pour être honnête, précisons que Xavier Fournier est à la programmation). C’est à dire que pendant deux jours on peut croiser des auteurs tels qu’Alan Davis, Daniela Dimat, Mark Farmer, Julien Hugonnard-Bert, Tom Lyle, Bob McLeod, Fabian Nicieza, Maria Laura Sanapo, Marco Santucci, Tina Valentina, Alessandro Vitti (et aussi Laurent Lefeuvre, sur le stand de Comics Mag)… Mais on retrouve aussi nombre d’entre eux lors de ces conférences thématiques. Et là pour le coup les auteurs jouent le jeu et même parfois se lâchent un peu, discutant de certains projets avortés ou à venir. Ainsi Tom Lyle raconte comment, une fois Ben Reilly devenu Spider-Man, l’artiste était supposé lancer une série Scarlet Spider avec Peter Parker reprenant à son compte son identité et devant s’habituer à une vie plus pauvre, avec son épouse. Mais l’auteur explique aussi comment un éditeur l’éjecta des Spider-titres juste parce qu’il ne l’aimait pas. Autre anecdote, quelques années plus tard Tom s’est vu commander l’écriture et le dessin de trois épisodes de Spider-Man qui voyaient Atlantis attaquer New York. Produits, ils ne furent pas publiés et tombèrent aux oubliettes. Encore plus récemment, Tom Lyle a proposé à Marvel de faire gratuitement les modifications nécessaires pour que le récit corresponde à la continuité actuelle et soit enfin publié. Mais Axel Alonso lui-même lui a fait comprendre que son style n’était plus le bienvenu dans la Maison des Idées. Alan Davis, lui, ne se voit pas retourner de sitôt chez… DC Comics. Et un sens il le regrette car il explique qu’il a en tête une troisième minisérie dans la lignée de JLA: The Nail, qui aurait pour titre The Final Nail. Mais comme DC semble s’être éloigné des récits à la Elseworld il doute pouvoir mener à bien son projet. Fabian Nicieza, lui, travaille sur un projet de creator-owned d’actualité puisqu’il a pour thème le harcèlement sur les réseaux sociaux. Son personnage est un harceleur d’harceleurs, quelqu’un capable de surgir de votre téléphone 4G si vous vous en prenez aux faibles… et de vous administrer une bonne correction !

Paris Manga & Sci-Fi Show Février 2018

Superman et Wonder Women…

Outre les auteurs déjà annoncés, le reste des conférences repose sur de nombreux spécialistes venus discuter de sujets divers. Les liens entre comics et cinéma, entre comics et manga et bien d’autres choses encore sont discutés à volonté. Ainsi une conférence permet de parler du William Moulton-Marston, le créateur de Wonder Woman, en prévision de la sortie du film My Wonder Women. Plus tard, c’est un vrai panel sur les femmes et les comics (c’est à dire les créatrices mais aussi la représentation des femmes dans la BD) qui réunit Daniela Dimat, Tina Valentino et Maria Laura Sanapo. Cette dernière se révèle vite la vraie meneuse de la discussion. Dessinatrice de DC Bombshells ou Sheena The Jungle Queen, elle lance le débat. Mais ses deux collègues apportent aussi leur pierre à l’édifice. Le dimanche est marqué entre autres choses par une table ronde à l’occasion des 80 ans de Superman. Moment intéressant car sur la scène on retrouve non seulement le journaliste Vincent Brunner (auteur d’un livre sur les super-héros), Marc Duveau (pionnier des livres français sur les comics) et un vétéran : Bernard Trout, l’ancien directeur éditorial de Sagédition et à ce titre celui qui a traduit Superman en France pendant près de quatre décennies. Ce fougueux nonagénaire (!) apporte une perspective pleine d’anecdotes, tandis que les fans modernes sont sidérés par certains détails liés à la censure, à la nécessité de rebaptiser le héros Yordi ou encore à la réaction de Bernard Trout à la mort de Superman, en 1992. N’oublions pas, non plus, la présence de nombreux cosplayeurs parmi lesquels un Flash sidérant (celui de notre image d’ouverture). Non seulement son costume est fidèle mais il a mis au point une gestuelle qui évoque l’accélération. C’est bluffant. A quelques mètres de là un petit garçon le regarde faire… en se demandant à l’évidence si c’est pour de vrai.

Le reste du salon est consacré aux attractions manga, au match de catch, aux voitures de légendes (Retour vers le futur, Harry Potter) et aux jeux vidéo. Bref, il y en a pour tous les goûts une nouvelle fois mais peut-être encore plus qu’à l’habitude. Puisque Paris Manga & Sci-Fi Show est biannuel, la 26ème édition du salon s’annonce déjà pour octobre prochain.

[Pierre Bisson]