[FRENCH] Les X-Men entrent complètement dans les événements de Second Coming (la suite de Messiah Complex). Mais dans le même temps ce n’est pourtant pas eux qui ont la vedette dans ce numéro. Le scénariste Matt Fraction s’intéresse à Cable et à Hope. Car si le reste des mutants est impacté par leur présence, les deux voyageurs temporels ne sont pas insensibles à leur retour dans le XXI° siècle.

Uncanny X-Men #523 [Marvel] Scénario de Matt Fraction
Dessin de Terry Dodson
Parution aux USA le mercredi 7 avril 2010

Un bon gros crossover dans le monde mutant se conjugue habituellement par le parachutage massif d’extrémistes anti-X-Men et quelques « scènes de groupes » bien senties où tout le monde se téléporte, balance ses lasers ou, globalement, s’affaire pour que l’illustrateur puisse se faire plaisir en balançant de la pleine page (ou même de la double page) bien dynamique. Ici Matt Fraction utilise une scénographie qu’on pourrait presque qualifier d’économique, avec un ton qui fait très ciné indépendant. A savoir qu’au lieu de balancer des effets spéciaux à n’en plus finir l’auteur s’intéresse non pas à son équipe de héros mais bien à ses deux guest-stars du moment (Cable & Hope) et qui plus est dans ce qu’on pourrait qualifier de « tranche de vie ». Partie du XXI° siècle alors qu’elle n’était encore qu’un bébé, Hope n’a aucune expérience d’un monde qui n’est pas « post-apocalyptique » et c’est une vraie découverte pour elle. Avec un Cable qui, en parallèle, lui a tout appris pour survivre dans des conditions de guérilla mais est un peu démuni quand il faut la guider dans une civilisation de loisirs. Raconté comme cela, la formule est sans doute un peu réductrice mais globalement Fraction trace y un portrait de la fillette et de son père adoptif qui est sans doute le plus intéressant qu’on ait pu voir ces deux dernières années.

En quelques scènes le scénariste donne le ton et on se dit « voilà ce qu’on aurait voulu voir pendant 24 numéros de Cable ». Une vraie relation Père/Fille, à la fois touchante et destructrice. Une sorte de Lone Wolf & Cub au pays des mutants. Difficile de lire ces scènes sans se dire que si on avait donné la série Cable à Matt Fraction il nous aurait donné une gemme d’un autre niveau ! En un sens, bien que j’adore vraiment le travail de Terry Dodson je me suis quand même demandé si cette fois il n’était pas utilisé à contre-emploi. Peut-être que le scénario aurait été mieux porté avec un graphisme plus intimiste. En tout cas Fraction s’approprie sans peine Cable et j’espère vraiment qu’on aura l’occasion de revoir le mercenaire-rebelle mutant sous la plume de cet auteur, que ce soit dans ce titre ou une autre revue. Par ailleurs cette exploitation un peu en retrait des X-Men est une chose surprenante par rapport à la découpe habituelle des événements. On est clairement dans une narration différente d’Utopia par exemple. Reste à savoir si les autres scénaristes du crossover tiendront le même cap où se contenterons de retomber sur les vieilles habitudes.

[Xavier Fournier]