Avant-Première VO : Review X-Factor #41[FRENCH] Peter David a une philosophie comme teintée de mythologique nordique, dans le sens où il sait toujours donner ce qu’il a de meilleur en utilisant le concept du futur comme un compte-à-rebours façon Ragnarok. Et ce ne sont pas les lecteurs de la saga du Maestro ou du dernier épisode de son premier run de Incredible Hulk qui me contrediront. Ici, c’est un peu la même chose si ce n’est que le futur en question prend le visage d’une sentinelle… Mais les fans de la série retiendront sans doute le retour d’un autre personnage de la série.

X-Factor #41 [Marvel] Scénario de Peter David
Dessins de Valentine De Landro
Sortie américaine le mercredi 18/03/09

X-Factor #41Pas la peine de tourner autour du pot puisque le passage figure dans tous les previews: cet épisode commence avec la réunion de Madrox et de Layla Miller, perdue dans une autre époque (future) depuis Messiah Complex. Finalement (en dehors de Cable qui s’est fait une spécialité de sauver la mutante née lors de ce crossover) X-Factor est le titre qui aura su le mieux tirer partie du contexte prophétique de « Messiah », avec la jusqu’ici omniprésente Layla piégée de l’autre (mauvais côté) du temps. La retirer de l’équation alors qu’elle avait toujours été un pilier pour le scénariste Peter David, c’était plutôt gonflé. On savait bien qu’il finirait par la ramener d’une façon où d’une autre (un récent numéro spécial nous avais tenu au courant de son devenir) à l’époque de ses co-équipiers. Mais les habitués de Peter David savent bien que, justement, on ne s’y habitue jamais. Non seulement l’état de Layla fait l’objet d’un twist mais si Madrox pensait que la jeune mutante blonde était revenue, c’est un peu le contraire qui se produit, tandis que le futur où elle a séjourné prend soudain une présence plus marquée.

Non, même si j’apprécie de manière globale le dessin de Valentine De Landro, c’est du côté de la narration visuelle que quelques petites choses m’auront un peu perturbé, en particulier un ou deux passages où des personnages sont en vis-à-vis, trop encrés ou étant à contre-jour et où, par la force des choses, on ne sait pas toujours immédiatement qui est qui (Madrox, un de ses dupes ou simplement un adversaire qu’on n’est pas supposé confondre ?). Il faut dans ces courts moments s’aider des dialogues et je trouve ça un peu déstabilisant.

Remarquez bien que suivre les dialogues de David n’est jamais un problème en soi. En plus son casting a quelques bons clients comme Guido, M ou Darwin… Mais même plus globalement, utiliser les camps de concentrations pour mutants et l’intervention de Sentinelles (les robots géants ennemis des X-Men), ce serait dans bien des cas se mettre dans l’ombre du fameux Days of Future Past avec toutes les chances de prendre les pieds dedans. Peter David s’en tire en virtuose et on se dit que tout est possible. Je me demande même si certains personnages du futur, qu’on pensait secondaires jusqu’ici, ne sont pas promis à un destin bien plus régulier dans la série. On ne sait pas toujours à quelle sauce David va nous cuisiner mais c’est une fois de plus une réussite !

[Xavier Fournier]