Avant-Première VO : Review Witchblade #131[FRENCH] Après une suite d’événements axés « action » (de Broken Trinity à War of the Witchblades), Ron Marz donne à sa série un épisode pour souffler, les personnages profitant d’un peu de temps pour eux sans qu’aucun pouvoir ancien ne vienne les empêcher de donner sa soupe au bébé. Mais ça ne veut pas dire qu’un malfrat ne sentira pas le pouvoir de la Witchblade.

Witchblade #131 [Top Cow] Scénario de Ron Marz
Dessins de Stjepan Sejic
Sortie aux USA le mercredi 7 octobre 2009

Avant-Première VO : Review Witchblade #131Action, action, action, changement de pouvoirs et action. Autant dire qu’après les derniers mois cet épisode sonne comme une pause et que, autant le dire tout de suite, il ne s’y passe aucun renversement spectaculaire. Mais il faut dire aussi que la série avait sans doute besoin de panser les plaies. Une bonne partie de l’épisode se passe donc dans l’appartement de « Pezz » tandis qu’elle même est à l’extérieur à utiliser ses pouvoirs façon old school (il y a un réel sentiment de boucle, de retour vers les premiers temps de la série mais je fais confiance à Ron Marz de ménager son public dans cet épisode avant de repartir vers de nouvelles directions). On regrettera peut-être juste un peu la scène où un personnage quitte la série de façon un peu expéditive, là où on aurait pu lui donner plus de place au lieu d’insister sur le repas de bébé.

Le style de Stjepan Sejic fait « peinture ». Ce n’est pas une nouveauté. Pas une « peinture » photoréaliste à la Alex Ross mais plutôt certains tableaux du 19ème où la masse de couleur construit le dessin plus que le contraire. C’est une approche presque impressionniste que chacun jugera selon ses goûts. J’ai cependant l’impression que ces effets sont efficaces quand il y a des scènes de batailles mystiques ou quand il faut évoquer les tenues surnaturelles produites par la Witchblade ou les puissances adverses. Quand une bonne partie de l’épisode est plus « tranquille », plus axée sur le quotidien, ces effets sont moins adéquats (on le verra par exemple sur le traitement du bébé, que je trouve assez hideux). Peut-être qu’il aurait mieux valu laisser souffler l’artiste lui aussi pendant cet épisode intercalaire et le laisser préparer la suite.

Ce n’est pourtant pas du tout un épisode inutile puisqu’il cimente la nouvelle « supporting cast » autour de l’héroïne. Même si c’était déjà un peu le cas avec Dani, cela fait quand même drôle de voir tant de personnages parler si ouvertement de la Witchblade, dans une ambiance bien plus familiale. Difficile de ne pas penser que Ron Marz sait tout à fait où il veut nous emmener après ça. C’est en tout cas un épisode qui fait le lien entre deux phases de la série, c’est certain. On notera au passage les variant covers de Chris Bachalo et de John Tyler Christopher (assez réussies dans leur genre) et un preview de Image United (où Erik Larsen parait plus en forme que Liefeld mais le résultat arrive cependant à être assez cohérent).

[Xavier Fournier]