Avant-Première VO: Review Thors #1[FRENCH] Dans Secret Wars, les Thors sont à la fois la force militaire et policière de Battleworld, suivant aveuglément les ordres de leur « dieu ». On pouvait penser que la minisérie qui leur est consacrée allait permettre d’étayer tout ça, de montrer comment autant de Thors peuvent s’engager dans un ordre à la moralité ambiguë. En lieu et place, Jason Aaron et Chris Sprouse nous jouent quelque chose de totalement différent, l’équivalent d’un « Asgard: Section Criminelle ». Et c’est savoureux.

Thors #1Thors #1 [Marvel Comics] Scénario de Jason Aaron
Dessins de Chris Sprouse
Parution aux USA le mercredi 17 juin 2015

Au premier abord, la brigade des Thors est un peu le Green Lantern Corps de Battleword, c’est à dire ce super-groupe vaguement inspiré des mœurs policiers, avec des binômes de « partenaires », et de (très) vagues questions de procédures. En tout cas c’est ainsi que c’est exprimé dans la minisérie centrale Secret Wars, où les Thors sont un peu de la chair à canon. En voyant Jason Aaron, le boss scénaristique de l’univers de Thor depuis quelques années, se lancer dans une mini spécifique, on pouvait penser que l’auteur allait y mettre de l’ordre. En fait, non, le scénariste ne s’engouffre pas dans la porte ouverte où on l’attendait. Au contraire, il prend acte de la nouvelle donne (bien entendu il faut sans doute comprendre qu’il partie prenante, avec Hickman, de l’idée des Thors) et s’y complaît. Puis les Thors sont des super-flics, alors il monte des meurtres en séries qui nécessitent qu’on envoie deux Thors (l’un basé sur celui de l’univers Ultimate, l’autre sur Beta Ray Bill) non pas en mode « gros bras » mais se comportant en enquêteurs de la « police des polices ». Imaginez le monde de Thor s’il se télescopait avec une série TV de Dick Wolf ! A partir de là, cela devient taré (dans le bon sens) et on sourit en voyant qui joue le « sergent du commissariat », qui devient le « policier scientifique », qui sera « l’indic »…

Les concordances me semblent être trop fortes pour ne pas être un hommage calculé : on pense immédiatement à cet épisode de Top Ten (Alan Moore/Gene Ha) où d’autres super-flics enquêtaient sur le meurtre d’un asgardien dans un bar. C’est aussi une excellente occasion de mettre à contribution le style de Chris Sprouse, trop rare en général et qui plus rarissime chez Marvel. Aaron et Sprouse vont au fond de leur logique, profite des événements pour nous raconter un exercice de genre qui ne peut exister que sur Battleworld. C’est iconoclaste, marrant et inattendu.

[Xavier Fournier]