Thor #12[FRENCH] Et si l’un des éléments qui caractérisent l’actuelle série Thor n’était pas le héros qui donne son nom au magazine mais bien son demi-frère (ou sa demi-sœur) ? Les manigances de Loki n’en finissent pas de prendre de l’importance aussi bien dans la revue que dans l’univers Marvel en général. Et le voici maintenant qui passe au premier plan et révèle la portée de son machiavélisme.

Thor #12 [Marvel] Scénario de J. Michael Straczynski
Dessin d’Olivier Coipel
Sortie américaine le 24 décembre 2008

Thor #12Loki n’en finit pas de faire le Mal. Et quand il arrive à la limite de ses propres moyens, il a encore la possibilité de s’arranger pour que d’autres l’aident, volontairement ou pas, dans ses projets. Mais la première vers qui il se tourne n’a pas besoin de se faire prier. Hela, déesse de la Mort, est en effet la fille du dieu des menteurs. Elle n’a pas besoin de beaucoup qu’on la persuade beaucoup pour donner un coup de main à « Papa ». Ou serait-ce « Maman » dans cette incarnation ? On en apprend justement un peu plus sur l’apparence actuelle de Loki et pourquoi précisément il a désormais l’aspect d’une brune plantureuse.  Visiblement Matt Fraction et JMS ne sont pas tout à fait raccord quand à leur utilisation d’Hela. Dans le récent « God-Size », Hela était fidèle à elle-même , occupant la place dans laquelle on l’avait déjà connue du temps des Jack Kirby ou encore John Buscema. JMS la montre plus changée que cela, dans une position diminuée et bien plus terrestre. Disons que par chance le numéro spécial écrit par Fraction impliquait des manipulations de la réalité. Sans doute que la Hela toujour omniprésente qu’on voyait à ce moment-là était elle aussi « réécrite » par ces circonstances exceptionnelles.

Mais passé cette petite différence d’angle, ce qui va attirer l’attention c’est sans doute la seconde partie de l’épisode qui démontre que si Loki a parfois besoin d’aide, il ne doit rien à quelqu’un d’autre que lui-même. Loki, c’est le  « self-made man » asgardien par excellence. Et malheur a qui se trouverait sur sa route. Proches, parents… ne parlons même pas d’amis… Tout est broyé par l’ambition de ce dieu qui fait décidément bien de porter des cornes. JMS se nourrit d’éléments qu’il a distillé ces derniers mois dans la série, apportant des nuances à la continuité déjà établie. Dans cet épisode ces modifications convergent pour montrer à quel point Loki prépare son plan actuel depuis longtemps. Après le numéro précédent qui donnait la part belle à une amitié que même la mort ne peut éteindre, voici son contraire : la logique implacable de Loki. JMS forge efficacement sa version du personnage en quelques scènes. Et comme Olivier Coipel est lui aussi en grande forme, Thor continue d’être un plaisir à lire. Au point, même, qu’on se demande maintenant ce qui va se passer quand tout ça va, fatalement, culminer.

[Xavier Fournier]