Même si le mensuel Spider-Man s’est arrêté, Marvel propose de retrouver Miles Morales dans le costume de l’Homme-Araignée pour une aventure inédite. À la fois très sympathique mais posant également permettant d’expliquer quelques moments du passé du jeune homme. Une mise en bouche avant son retour ?

Spider-Man Annual #1 [Marvel Comics]
Scénario de Bryan Edward Hill & Emily Ryan Lerner
Dessins de Nelson Blake II, Alitha E. Martinez & Mark Bagley (histoire principale) / Alberto Alburquerque (histoire secondaire)
Parution aux USA le mercredi 8 août 2018

En mai dernier, les aventures de Miles Morales dans sa propre série prenaient fin. Même si depuis, on a vu le personnage au sein des Champions et d’Iron Man, on se demandait comment Miles allait assumer sa décision de raccrocher ses toiles à la fin de la mini-série Spider-Men. Bryan Edward Hill n’évoque pas cette décision dans cet annual. Quelque peu intemporel, tout commence par une scène « contemporaine » dans laquelle Spider-Man affronte Morbius, le Vampire Vivant. Durant ce combat, il se rappelle son passé. Avant de devenir Spidey. Doté de pouvoir, Miles n’a pas encore assumé son rôle de héros. Les événements de Secret Invasion (oui, celle d’il y a 10 ans) vont le forcer à sortir de l’ombre. Secret Invasion ? Eh oui, l’histoire de la famille Morales est complètement réécrite suite à la conclusion de Secret Wars en 2015. Miles et son entourage font partie intégrante du Marvel 616. Ils ont donc un passé. Et c’est ce que raconte cet annual. Cela ouvre des perspectives multiples pour les scénaristes qui voudraient utiliser le passé de Miles. La première histoire est basé sur l’émotion. Le héros y apprend une dure leçon, l’une des leçons primordiales de tous proto-Spidey. La seconde est une courte aventure amusante, qui fait un peu penser à ces back-ups que Marvel produit pour divers causes publicitaires. 

« Happy birthday, Miles… »

Les artistes se succèdent et ne se ressemblent pas dans ce numéro. Mais c’est normal. Tout d’abord, Mark Bagley, le vétéran d’Ultimate Spider-Man, illustre les premières et dernières pages de l’aventure principale. ne fait aucune fausse note. Pour les flashbacks, c’est Nelson Blake II et Alitha E. Martinez qui s’y collent. L’ensemble n’est pas sans rappeler le style de Sarah Pichelli ou d’Oscar Bazaldua, les dessinateurs en titre de l’ancienne série Spider-Man. On y retrouve également un peu de Ryan Ottley, le dessinateur actuel d’Amazing Spider-Man. Le design choisi par Nelson Blake II pour le proto costume de Spidey rappelle celui de Spider-Man Homecoming et de Spider-Man Noir (pour le masque). Un design cependant inventif et qui risque de devenir un des préférés des fans et cosplayers. Enfin, pour la mini-histoire, Alberto Alburquerque s’en sort bien.

[Pierre Bisson]