[FRENCH] Cette semaine, c’est au tour du Punisher de redémarrer avec un nouveau numéro #1 (et visiblement la mode n’est pas partie pour se calmer). Ce premier épisode marque aussi l’arrivée en force de Greg Rucka chez Marvel. Question : quelle approche caractérise cette série relancée du Punisher…

Punisher #1 [Marvel Comics] Scénario de Greg Rucka
Dessins de Marco Chechetto
Sortie aux USA le mercredi 3 août 2011

Comme Daredevil ou Moon Knight, le Punisher démarre de nouvelles aventures avec un maître des ambiances noires, le scénariste Greg Rucka, épaulé par Marco Checchetto. Toute la difficulté de la chose est de savoir ce que ce titre apporte de nouveau à Frank Castle. Car si on sent bien que Rucka tente de rendre son mystère au Punisher (en le tenant « hors panel » pendant un bon moment de l’histoire) et si le traitement est au demeurant irréprochable, ce #1 a le défaut de… correspondre très exactement à l’image d’Epinal du Punisher. Une histoire trés « attendue », « convenue » quand on la compare au tout venant des aventures du héros. Ce n’est pas que c’est mauvais, entendons nous bien mais là où le Daredevil de Waid nous propose un personnage qui tend à sortir de sa dépression chronique, tandis que le Moon Knight de Bendis cultive une nouvelle forme de folie. Là, sur ce Punisher-là, je dois bien admettre que je ne sens pas spécialement le souffle qu’on pouvait trouver dans les premiers numéros de Rick Remender ou de Matt Fraction (sans remonter jusqu’à Ennis). Ce n’est pas forcément la faute de Rucka. Peut-être aussi tout simplement que le Punisher a été trop rebooté ces dernières années et que pour lui donner un air de nouveauté il faut chercher un peu plus loin qu’un énième gang à éliminer.

Aux dessins, c’est un peu la même chose. Là aussi Marco Chechetto produit des planches de toute beauté (y compris une ou deux grandes cases qui montrent le personnage principal dans un style presque impressionniste). Mais… on reste dans le registre connu pour le Punisher. Ce qui fait qu’au final je me dis que cette série Punisher là n’a pas, pour l’instant, le petit truc qui lui permettrait de s’imposer là où les autres volumes du Punisher ont fini par flancher. Ce qui fait tout ça ne donne pas l’impression que cette série va durer des années et années. Ce n’est pas mauvais mais ça manque de surprise…

[Xavier Fournier]