Avant-Premire VO: Review Justice League #47

1 janvier 2016 Non Par Comic Box

[FRENCH] La Justice League comble son numro de retard avec un pisode marqu par diffrents retours, qu’il s’agisse du dessinateur Jason Fabok, de quelques adversaires du groupe (un gros indice sur la couverture) et une entit cosmique. Pendant ce temps Geoff Johns change son fusil d’paule et passe d’une sorte de Crisis un autre modle prcdent de crossover.

Justice League #47Justice League #47 [DC Comics] Scnario de Geoff Johns
Dessins de Jason Fabok
Parution aux USA le mercredi 30 dcembre 2015

Il y a quelques jours la parution de Justice League #46 dessin par Francis Manapul avait t synonyme d’une impression d’acclration puisque le dessinateur est plus expressif, plus « kirbyesque » en quelque sorte. Le retour de Jason Fabok aux affaires peut donc tre peru comme un pas en arrire, mme si le but de la manuvre tait visiblement de regagner un mois sur le planning de la srie. D’un autre ct on retrouve le rythme de croisire de l’arc mais au septime chapitre (sans compter les one-shots), Darkseid War commence prendre une cadence qui semble interminable. Pourtant, cette fois, les choses font preuve d’une certaine acclration puisqu’une partie des personnages qui n’taient pas encore passs travers des transformations changent leur tour. Mais au passage Geoff Johns change de recette. Jusqu’ici on avait droit quelque chose qui tenait plus d’une Crisis ou d’une Blackest Night avec moins de protagonistes. Cette fois, avec des « inversions » la cl, on revient vers un modle qui tient plus du Axis de Marvel ou du Forever Evil de Johns. Ce qui dans une certaine mesure est logique, les premires touches de Darkseid War ayant t donnes dans ce prcdent crossover. L’inconvnient est que tout a donne l’impression que la Justice League est avale par cette suite de Forever Evil, par une prolongation.

« Everything that’s tied to Darkseid and his friends and family is beyond dangerous. »

Johns lui-mme semble fonctionner sur une logique binaire dans cet arc, c’est dire qu’il y a d’une part les scnes de transformations et de l’autre des pisodes o les choses sont plus centres sur la construction des New Gods (Mister Miracle en particulier). Cette fois c’est assurment la transformation qui l’emporte, avec mme l’Anti-Monitor qui s’en mle (bien que l’intrt de la manuvre reste difficile valuer). Et pour le coup des personnages comme Power Ring ou Cyborg (ou mme Steve Trevor) ont du « temps de page ». Mais comme je l’crivais, le lien avec Forever Evil fait que l’on a l’impression de reculer un peu. C’est trs largement suprieur l’arc du virus Amazo mais on conserve une impression de « peut mieux faire ».

[Xavier Fournier]