[FRENCH] Misty Knight joue les aiguilleurs de super-héros et si la tentation serait grande de la considérer comme une sorte d’Oracle de l’univers Marvel, la conclusion du précédent numéro nous a montré que la situation est carrément différente. Et plutôt que de laisser les choses traîner en longueur, Abnett et Lanning enchaînent en mettant un personnage dans la confidence. Oui, il y a quelque chose de pourri au royaume des Heroes for Hire. Mais quelqu’un l’a remarqué…

Heroes For Hire #2 [Marvel Comics] Scénario de Dan Abnett & Andy Lanning
Dessins de Brad Walker
Sortie aux USA le mercredi 12 janvier 2011

« Are you for hire tonight ? »… Misty Knight continue de superviser bon nombre de super-héros sans que personne se doute qu’elle est elle-même sous la domination d’un personnage pas très recommandable. Du coup tous ces bons samaritains sont indirectement comme autant de marionnettes qui font, sans s’en rendre compte, le sale boulot d’un super-villain classique. « Samaritains » est quand même un terme à prendre avec des pincettes car tous les héros ne sont pas désintéressés et avec Silver Sable, par exemple, il faut afficher la monnaie avant de parler de sauver quelqu’un. Ancien co-équipier de Misty dans la précédente mouture des « H4H », Paladin est aussi de la fête mais c’est la vraie révélation de ce numéro.

D’habitude les scénaristes se contentent d’insister sur le côté vénal du personnage (et tout au plus sa capacité à draguer tout personnage du sexe opposé), au point d’écraser tous ses autres traits de caractère. Et là, en un épisode, Abnett et Lanning font furieusement remonter les compétences du bonhomme. Il n’est pas aisé de le balader et c’est lui qui se retrouve, du coup, la cheville ouvrière de l’épisode… Et peut-être même de la série, posant les questions que se posent forcément les lecteurs: comment et pourquoi des gens à la moralité aussi différente qu’Elektra et le Falcon peuvent participer au même réseau ? Les scénaristes ne font pas dans la pirouette et intègre la question dans leur intrigue. On appréciera également la méthode qui permet d’utiliser des personnages de premier plan comme Ghost Rider tout en ménageant une place de choix à des personnages un peu moins populaires comme Satana.

Outre Paladin qui prend du grade, l’autre révélation de la série continue d’être Brad Walker, encore plus que le mois dernier à mon avis. Le dessinateur progresse à vue d’œil et canalise même très bien certaines influences. Sa Silver Sable, par exemple, a de faux airs de personnage dessiné par J.G. Jones. Si Walker continue sur cette voie là, il pourrait rapidement accéder à un rang supérieur. Son dessin est en tout cas beaucoup plus typé et maitrisé que dans Guardians of the Galaxy. Pour toutes ces raisons Heroes for Hire #2 fait mieux que confirmer l’excellente impression du #1. Le numéro montre que la série va bien au delà du coup de théâtre du mois dernier et qu’on n’a pas finit d’en voir. Qui s’en plaindrait.

[Xavier Fournier]