[FRENCH] Lancés sur la piste de machines qui altèrent les probabilités, les Defenders trouvent certains signes au fond de l’océan et ouvrent une très ancienne tombe. Celle du Capitaine Nemo, qui contient son lot de questions et de mystères. Mais pas forcément ceux qu’on attendait. On reconnaît bien la touche du Matt Fraction d’Immortal Iron Fist et pas seulement en raison de l’usage de quelques personnages communs dans les dernières cases.

Defenders #5 [Marvel Comics] Scénario de Matt Fraction
Dessin de Mitch Breitweiser
Sortie au USA: Mercredi 18 avril 2012

Les Defenders cherchent à réunir des machines qui sont sans doute parmi les plus dangereuses de l’univers, à mi-chemin entre le Cube Cosmique, le Gant d’Infini et l’Ultimate Nullifier. Des engins qui peuvent pratiquement changer le monde en l’espace d’un instant. Certes la série pêche un peu sur le besoin du secret qu’entretiennent les héros. Pourquoi ne pas simplement allez taper à la porte des Avengers et leur parler du problème ? On m’opposera que Doctor Strange et Namor ont déjà choisi l’option Illuminati en d’autres temps mais quelques discussions autour de ce point sembleraient nécessaires. Encore que… Matt Fraction est visiblement parti sur une piste qui tend à faire de cette intrigue une affaire personnelle pour plusieurs des membres. Et dans ce numéro on voit de plus près ce que le scénariste a en tête pour Sub-Mariner. Ce qui est évoqué risque de faire hausser les sourcils des puristes. C’est carrément une remise en cause des origines du personnage. Mais je pense que Fraction est plutôt parti pour donner à Namor l’équivalent de ce qu’Orson Randall avait été pour Immortal Iron Fist. En tout cas c’est la chose la plus ambitieuse qui ait été écrite sur Sub-Mariner depuis longtemps. Je trouve assez intéressant que l’auteur injecte ici Nemo dans l’univers Marvel. D’autant qu’à lire les précédents numéros on se demande un peu si les machines Omega ne servent pas à matérialiser la fiction. Est-ce que Nemo vient d’un autre univers « fictif » et se serait rétroactivement introduit dans la continuité Marvel ? (un peu dans le même sens où le Cube Cosmique a été utilisé au début du Captain America de Brubaker pour justifier des incohérences). Allez savoir à ce stade. En tout cas les Defenders surfent un peu sur le débat réalité/fiction qu’on associe d’habitude avec des gens comme Morrison ou Ellis. A plus forte raison parce que cette fouille dans l’antique base de Nemo fait d’une certaine manière penser à une mission digne de Planetary (en mode plus « super-héros », c’est certain).

Surtout, j’apprécie comment Fraction arrive à contrebalancer ses effets par des poussées inverses. Ici, par exemple, l’usage avoué, évident, du Capitaine Nemo (roman que Namor avoue ne jamais avoir lu parce que l’auteur n’est pas atlantéen !) est équilibré avec d’autres allusions plus fines. L’enfance de Sub-Mariner tel que Fraction nous la montre est furieusement semblable à celle de Paul Atréides dans le roman Dune, les relations avec la mère sont semblables et on a même droit à une petite variation du fameux Gom Jabbar. A l’instar d’Immortal Iron Fist, Fraction continue de creuser des secrets, de donner de la profondeur (sans jeu de mots, vu l’endroit) à des recoins de l’univers Marvel qu’on tient pour déjà explorés, déjà cernés. Ce Fraction-là est diantrement plus intéressant, plus libre, que sur Mighty Thor, Invincible Iron Man ou Fear Itself (peut-être qu’il y a moins de pression sur les Defenders). Le titre n’est pas dans le top ten des ventes mais il n’empêche qu’il ouvre des voies intéressantes. J’espère que le scénariste aura l’occasion d’aller au bout de toutes les intrigues qu’il lance. En tout cas après cet épisode, s’il fallait choisir un candidat pour l’écriture d’une nouvelle série Sub-Mariner, Fraction vient de prendre la pole position…

[Xavier Fournier]