Avant-Première VO: Review Batman #16[FRENCH] Batman entre dans un asile d’Arkham où le Joker a pris le pouvoir. Il aurait aussi bien poser le pied dans l’Enfer tel que visité par Dante. Scène après scène, les situations se font de plus en plus démentes, de plus en plus malsaines. Si ce comic-book était une peinture, ce serait du Jérôme Bosch !

Batman #16Batman #16 [DC Comics] Scénario de Scott Snyder
Dessin de Greg Capullo
Parution aux USA le mercredi 16 janvier 2013

Toujours à la poursuite du Joker, Batman le traque jusqu’à l’asile d’Arkham, où le Clown du Crime a pris le pouvoir (il ne fait pas bon être gardien là-bas). Mais à partir de là, Batman est sur le terrain du Joker, qui lui montre, pièce après pièce, à quoi il a occupé son temps. Si l’idée des aliénés prenant le pouvoir dans l’asile n’a rien de nouveau (on pourra par exemple se reporter à « la maison du docteur Edwardes »), si le concept a déjà été employé en liaison avec le Joker, Scott Snyder trouve le moyen de pousser encore plus loin la décrépitude mentale du personnage, de donner une nouvelle mesure à son vice ! Scénaristiquement on a l’impression que Batman tombe dans un remarque de The Human Centipede !

Snyder et Capullo arrivent à semer l’effroi dans un épisode où on sent bien que les choses ne se régleront pas à coups de poing, où chaque nouvelle scène fait qu’on se demande où est le piège, comment le Joker a conçu son piège. La vision de quelques personnages habillés en super-héros annonce forcément quelque chose de pire. On devine une tête à l’envers, on se demande ce que fait le Joker… on est, finalement, comme Batman, promené par le fou. C’est sans doute, au moins, la plongée la plus percutante dans l’univers du Joker qu’on ait vu depuis Killing Joke. Et je dis bien « au moins », parce que tout n’est pas encore dit. C’est dingue. C’est épique. C’est une odyssée. C’est magistral.

[Xavier Fournier]