[FRENCH] Seul être dans l’univers à être au courant du retour du Phoenix, le jeune Nova fonce à travers les galaxies pour prévenir la Terre du danger. Avengers vs X-Men ∞, un préambule qui se veut interactif, joue les prologues du nouveau crossover de Marvel. Sauf qu’il faut le lire sur son téléphone et pas sur papier. Encore que l’alternative laisserait perplexe…

Avengers vs X-Men ∞ [Marvel Comics] Scénario de Mark Waid
Dessin de Stuart Immonen
Téléchargeable depuis le mercredi 4 avril 2012

Un coup de projecteur sur Nova avec des talents comme Mark Waid ou Stuart Immonen ? Banco. A plus forte raison puisqu’il y a quelques mois le numéro spécial « Marvel .1 » donnait au personnage le rôle d’étincelle de départ pour les événements à venir. Cette semaine, en parallèle du premier numéro officiel d’Avengers vs X-Men, voici donc un épisode « Infinity » qu’on peut charger sur son téléphone. « Infinity » parce qu’en un sens il supposé représenter l’avenir des comics. Ce qui implique que pour le juger il faut avant tout regarder l’aspect technologique. Un petit mot sur l’histoire cependant : On a droit à l’arrivée de Nova sur Terre (après un long passage dans l’espace). Le scénario peine cependant sur deux points. Le premier concerne l’identité même du héros. Est-ce vraiment le Nova qu’on connait ? Il ne s’identifie pas et parle de son inexpérience. A lire AvX #1 (ou le doute est également entretenu) on se dit est peut-être volontaire (et que donc la faut n’incombe pas à Waid). L’autre souci concerne un problème de raccord entre « ∞ » et l’épisode #1 : Dans celui qui nous intéresse aujourd’hui, Nova percute un hélicoptère avant de s’écraser dans New York. Dans Avengers vs X-Men #1, par contre, on voit une scène de destruction massive. Pas d’hélicoptère en vue mais carrément un avion de ligne et le sommet du Chrysler Building qui sont démolis (mais sans victime parce que Spider-Man arrive à stopper leur chute dans sa toile, ce qui après les événements du 9/11 semble incroyablement naïf). A choisir, j’aime autant la solution de l’hélicoptère, qui fait moins penser à des événements réels encore dans toutes les mémoires. Mais au final il faut bien voir que la seule scène qui demandait à être raccord ne l’est pas et on peut se demander ce qu’ont foutu les éditeurs en lisant les scripts.

Reste l’épisode en lui-même. D’abord le format. La notion d’interactivité me semble grandement exagérée. Certes on actionne case après case avec un mouvement de défilement… Mais si c’est ça l’interactivité, il me semble qu’elle existe depuis des décennies avec le comic-book papier, quand c’est le lecteur qui décide du moment opportun pour tourner les pages. Reste ensuite quelques petits effets lumineux (ooouh, les étoiles qui brillent comme à Noël…) mais c’est vraiment minimaliste et j’ai vu des économiseurs d’écrans bien plus dynamiques que ça. Autant l’initiative de Marvel en termes de « réalité augmentée » (en mettant des bonus dans ses comics qu’on peut actionner en passant le téléphone dessus) me parait plus ludique et futuriste (on pourrait imaginer rapidement des applis qui permettent d’afficher la wikifiche de tel ou tel personnage de l’histoire qu’on ne connait pas…). C’est pas tout cuit mais c’est faisable. Autant le format « Infinity » me semble vouloir se donner des airs d’avancée technologique là où, au moins en termes d’ergonomie, il n’y en a pas. Pour lire ce petit bout d’histoire de Nova traversant l’histoire (qui correspondrait à peine à une back-up de 8 pages dans un comic-book classique), il est nécessaire de faire d’appuyer une soixantaine de fois sur le bouton de défilement. Autant dire que c’est une usine à gaz et qu’on imagine mal une histoire d’une longueur normale adaptée à cette norme. Un gadget ? Un bonus ? Sans doute. L’avenir des comic-books ? J’en doute. A plus forte raison si on se reporte aux fameux « Comics sur CD » que Malibu avait tenté de lancer il y a une vingtaine d’années (avec des BD genre Prime animées de la même manière). La réalité augmentée qu’on peut trouver dans vengers vs X-Men #1 a peut-être de l’avenir. Le format « ∞ », par contre, doit mieux faire pour durer.

[Xavier Fournier]