Avant-Première VO: Review All-New Wolverine #6[FRENCH] Wolverine et ses « sœurs » lancent leur ultime attaque contre le projet qui pensait copier des tueuses à l’infini. Un épisode très « cinématographique », avec beaucoup d’action et peu de place apparente pour l’introspection. Encore que si l’on sait où regarder, les auteurs font preuve d’une certaine finesse pour que Laura s’observe dans le miroir. Et de différentes manières.

Wolverine #6All-New Wolverine #6 [Marvel Comics] Scénario de Tom Taylor
Dessins de David Lopez & David Navarrot
Parution aux USA le mercredi 9 mars 2016

Entourée d’un groupe de clones, Laura peut observer les voies qu’elle peut prendre ou aurait pu prendre. Des variations plus violentes ou plus innocentes, qui font aussi qu’elle se retrouve assez vite dans la position du mentor. Devenue Wolverine, la voici qui voit donc venir vers elle d’autres versions d’X-23 qui ont tout à apprendre. En particulier la plus jeune. Du coup, la prise d’assaut d’Alchemax semble au début jouer sur deux niveaux : une narration « stratégique », avec un plan simple mais à tiroirs. En clair, Tom Taylor pense son héroïne de manière tactique. C’est à dire qu’on commence de façon simple (le vieux coup du prisonnier que l’on a laissé s’échapper de façon à le pister jusqu’à sa tanière) et qu’ensuite les jeunes femmes continuent d’avoir à chaque fois un coup d’avance sur leurs adversaires. C’est autre chose que le « fonçons dans le tas » qui constitue l’essentiel des attaques de super-héros d’habitude.

« You’re not a person. You’re my property. »

Wolverine a aussi une vision d’un autre miroir quand elle est confrontée au tortionnaire et que c’est elle qui se retrouve en position d’en faire ce qu’elle veut. Taylor, dans un arc dense en combat, aura donc étudié mine de rien toutes les facettes possibles de l’héroïne. L’histoire est bien menée, la fin de l’arc donnant réellement l’impression d’un récit complet (avec des retombées éventuelles de part et d’autre). David Lopez et David Navarrot, aux dessins, sont des éléments essentiels du rythme, avec un travail sur les expressions qui est moins évident qu’on pourrait le croire : quand trois personnages ont plus ou moins le même visage et se trimballent la même moue… Mais au contraire les artistes arrivent à gérer une palette d’émotions, d’attitudes (je pense en particulier à la vignette de la fillette s’éloignant du savant, qui ne marche pas comme n’importe quel personnage des comics). Même si on aurait aimé des antagonistes un peu plus formidables (mais il semble que ça arrive), All-New Wolverine me semble la meilleure série à ce jour qu’on ait consacré à Laura Kinney.

[Xavier Fournier]