[FRENCH] Depuis que Lex Luthor a pris possession d’Action Comics, Paul Cornell a donné une direction maîtresse au personnage. Obsédé par sa brève expérience comme porteur de lanterne cosmique, Lex ne pense plus qu’à une chose : obtenir à nouveau un anneau ou une batterie de puissance, avec une nette préférence pour la couleur orange. Un choix qui ne pouvait que déclencher un conflit avec un certain Larfleeze.

Action Comics #898 [DC Comics] Scénario de Paul Cornell
Dessins de Pete Woods
Sorti aux USA le mercredi 23 février 2011

Si le Knight & Squire de Paul Cornell est déconcertant par son côté « carte postale qui ne parle qu’aux seuls initiés », le scénariste mène par contre bien mieux sa barque en ce qui concerne Lex Luthor. Depuis quelques mois il arrive à faire exister le personnage sans que pour autant ce cher Lex ait absolument besoin de se définir par rapport à Superman. Du coup c’est un Lex Luthor « unplugged » assez intéressant qui habite des pages, qui fait des choix qu’un protagoniste de comics ne fait pas habituellement et qui, en un sens, me fait penser au Benjamin Linus de Lost. Cette fois l’affiche est réhaussée par la présence de Larfleeze (« l’Agent Orange » connu des fans de Green Lantern et de Blackest Night).

Si Lex ne se définissait plus par rapport à Superman ces derniers mois son modèle était presque le dit Larfleeze et la rencontre très attendue. Même si en un sens elle est vite expédiée (un seul épisode pour en découdre avec le Orange Lantern là où il en a fallu deux ou trois pour Mister Mind ?) la confrontation n’est pas sans relief et moments d’éclats. Il est clair qu’il ne fait pas bon être ami de Lex ou de Larfleeze et même l’androïde Lois semble en venir à douter. Encore qu’en ce qui la concerne, il est judicieux d’attendre la fin de l’épisode pour mieux comprendre ce qui la turlupine. Pete Woods, aux dessins, semble avoir franchit un nouveau niveau (ou bien c’est l’encrage qui lui va particulièrement bien ?); faisant globalement de cette saga un sleeper hit (le cas échéant surveillez la sortie des TPB concernés). On est à des années lumières au dessus de la morne année qu’Action Comics avait connue sous le règne de Nightwing & Firebird ! Même si on ne sait pas trop ce qu’il adviendra une fois passé Action Comics #900 espérons que Cornell restera d’une manière ou d’une autre attaché à Lex ou à un projet annexe (une série Secret Society of Super-Villains sur le même ton ne serait pas pour me déplaire).

[Xavier Fournier]