cbpwj16.jpg[FRENCH] Matt Fraction est désormais privé d’Ariel Olivetti et c’est Howard Chaykin qui prend la relève graphique. Avec ce virage visuel (et après un ou deux épisodes moins forts aussi bien au niveau du dessin que du scénario), la série allait-elle garder son cap ? Et bien oui, Fraction revient sur les éléments qui ont donné son ton particulier à Punisher War Journal. Une réussite une nouvelle fois entre l’humour et le noir!

Punisher War Journal #16 [Marvel]

Scénario de Matt Fraction
Dessin de Howard Chaykin

Sortie aux USA le 13 février 2008

Vous vous souvenez de cet épisode dément, il y a quelques mois, où le Punisher empoisonnait puis faisait exploser des dizaines de super-criminels de l’univers Marvel ? Et bien en voici la suite directe et elle est croustillante! Princess Python s’est trouvée un nouveau mari et ce dernier, défiguré et traumatisé par le traitement que lui infligé Frank Castle, s’est inscrit à un groupe de soutien composé d’ex-victimes du Punisher. A partir de là l’épisode prend un air de ballade, de blues d’un super-villain raté qui traîne sa carcasse avec des envies de replonger dans le crime ou, au contraire, de virer genre « Taxi Driver » et d’en découdre avec le maque du coin…

Dans ces conditions, on se demande vite où est passé Castle et je dois dire que dans les premières pages j’ai eu peur un instant d’un truc un peu téléphoné où le brigand défiguré, la face caché par les bandelettes, était en fait le Punisher lui-même, revenu à la fois en découdre avec ses adversaires et abuser de Princess Python pour trouver un peu de compagnie. Mais il n’en est rien, « Marty » est bien qui l’ex-criminel (et encore criminel est un grand mot, disons plutôt « looser ») qu’il prétend être…

Et le Punisher là dedans ? Ne vous inquiétez pas, il intervient bien dans l’histoire, tire un coup de feu à un moment clé et apporte la conclusion de l’histoire. Mais vraiment, que Fraction s’éclate quand il conte les histoires des bas-fonds de Marvel. C’est un peu la face opposée d’Alias, avec deux ex-super-villains « accidentés de la vie ». Dommage qu’ils ne croisent pas le chemin de Jessica Jones, ca donnerait une rencontre intéressante. Si un jour Fraction se lasse de raconter des histoires de super-héros (et l’annonce de son Invincible Iron Man ne semble pas l’indiquer) il pourrait nous régaler d’une série sur les bad guys. Si tout est du même tonneau que cet épisode, je suis preneur !

[Xavier Fournier]