[FRENCH] C’est le chaos dans l’univers du Punisher, alors que le nombre de gens le poursuivant se multiplie et qu’on ne distingue plus trop les alliés des ennemis. Heureusement, ce chaos n’a rien d’une maladresse. Matt Fraction et Rick Remender mènent au contraire très bien leur barque. Encore qu’on doive plus facilement parler de montagnes russes, tant l’histoire rebondit jusque dans les dernières pages. Bien que la série ne s’arrête pas, c’est la fin d’un chapitre…

Punisher War Journal #23 [Marvel]
Scénario de Matt Fraction & Rick Remender
Dessins de Howard Chaykin
Sortie aux USA le 4 septembre 2008

Jigsaw, G.W.Bridge, la Wrecking Crew et quelques autres (y compris la Contessa DeFontaine, Silver Sable et Domino)… le pont sur lequel Frank Castle est coincé a des airs de convention des ennemis du Punisher. Ca brule, ca explose, bref l’équipe créative nous donne quelque chose de très cinématographique, à équidistance entre Kill Bill & Terminator 2, avec un petit chouillah de super-héros… Frank n’attends d’aide de personne et pourtant il en aura d’une source pour le moins inattendue si l’on se réfère au début de la série. Deux ans en arrière on n’aurait pas imaginé ce bonhomme prêtant main forte au Punisher mais ce choix un peu fantasque reflète assez le parfum de folie que Fraction a su instaurer sur ce titre.

Les dialogues (Vue la découpe classique des tâches, j’imagine qu’ils sont signés Remender) sont super bien vus et font – par exemple – allusion de manière assez comique au CV de la Wrecking Crew, et disons que leurs « hauts faits d’armes » ne leur attirent pas précisément l’admiration de leur adversaire. On n’est pas très loin de l’atmosphère des Rogues (les Lascars, dans la VF) tels que les écrit Geoff Johns chez DC. Bon, au final la punition tombe, bien sûr, et le lecteur sachant très bien qui est le Punisseur dans l’histoire n’aura pas de mal à en déduire qui sont les punis mais l’issue de la bataille réserve quand même sa petite surprise.

Il y a en effet un certain nombre d’épilogues « Ã  tiroirs » qui composent la fin, nous permettant de faire le point sur le sort de la plupart des personnages impliqués dans les derniers moments. Et à chaque fois, en l’espace de quelques cases, les décisions prises mènent parfois à des conclusions inattendues. La guerre bien huilée du Punisher en sort secouée, avec divers événements qui appellent à avoir des suites mais en même temps Fraction prend la peine de clore certaines intrigues. On n’est pas dans une de ces séries ou des dizaines de pistes sont lancées sans qu’on soit vraiment convaincu que le scénariste sait vraiment où il va. Là, au contraire, l’auteur dégage une aisance manifeste et peut même se permettre de sacrifier un élément qui fait partie du folklore du Punisher depuis des années. Sympa, énergique et conflé… C’est sans doute un peu moins manifeste à cause des changements intempestifs de dessinateurs ces deux dernières années mais il y a un peu de l’esprit créatif de Ed Brubaker et son Captain America dans cette série. Un acte terminé, c’est aussi l’annonce d’un autre qui commence et on ne peut donc qu’attendre avec impatience la suite des événements…

[Xavier Fournier]