Trade Paper Box #1 – Punisher T.16

27 juin 2010 Non Par Comic Box

[FRENCH] NOUVELLE RUBRIQUE: Parce que ce march a littralement explos au cours des dernires annes, Nicolas Lambret (les lecteurs de la revue se souviendront avoir vu sa signature dans Comic Box il y a quelques annes) vous propose chaque dimanche la chronique dun trade paperback apptissant. Et pour commencer ? Un Punisher au bout du rouleau !

Death magnetic , le Punisher ? Si lon en croit ses rcentes apparitions dans les publications Marvel, il semblerait effectivement que le clbre cracheur de pruneaux soit inextricablement vou un destin funeste Les lecteurs de VF le savent depuis maintenant plusieurs semaines, Frank Castle sest littralement fait dchiqueter par Dark Wolverine. a, cest pour la continuit Dark Reign du Marvelverse. Lhistoire que nous voquerons aujourdhui se situe quant elle dans un univers tout fait diffrent, celui du label MAX, investi ds 2004 par la plume de Garth Ennis ( The Authority , Hellblazer , Judge Dredd ). Aprs le traumatisme du 11 septembre 2001 et le dploiement des troupes US en Afghanistan et en Irak, le guerrier fictif Frank Castle a t plong dans un univers plus raliste, plus dur, et, surtout, dans un contexte dpouill de super-hros. Cette srie mensuelle longue de 75 pisodes sest acheve en octobre 2009, avant dtre relance trs rcemment sous le titre logique de PunisherMAX , sous limpulsion cette fois de Jason Aaron ( Wolverine : Weapon X , Ghost Riders : Heaven’s on Fire ). Publi par Panini en mai dernier, larc Six hours to kill dailleurs trs maladroitement devenu Six heures vivre dans nos contres rassemble pour sa part les pisodes 66 70 du premier volume.

Une affaire de murs

Philadelphie, une nuit comme les autres. Frank Castle a t rencard sur un trafic denfants au sein dune maison de correction. Lentre du justicier dans ltablissement est fracassante. Les balles pleuvent et les gardes sont abattus un par un. Un des premiers plans, en particulier, vaut lui seul le dtour. Dans sa guerre sans fin contre la criminalit, le Punisher sait quil sera certainement amen revoir certains de ces mmes dsormais perdus jamais pour la socit. Ils sont tombs dans labme . Au registre des implications collatrales, il se trouve que Charles Corliss, le cousin du maire, est impliqu dans ce sombre ngoce.

Tuyau perc

lextrieur, le pige est en place. Le Punisher est attendu. Ds louverture des portes de son fourgon, Castle est victime des effets dune toxine ltale qui commence par le paralyser. son rveil, un deal lui est propos : lantidote contre lassassinat dune huile pour le moins douteuse. Il reste six heures avant que le venin ne cloue dfinitivement notre hros au sol. Cest le dbut dune longue nuit, la dernire pour le Punisher, et les comptes doivent encore tre solds. Un maximum de comptes

Du rythm, du solide

Indniablement, le romancier Duane Swierczynski (http://secretdead.blogspot.com/) ( Les crimes du Dr Watson , Expiration Date ) parvient conduire efficacement son rcit. Lhistoire dmarre fort, porte par une grosse ambiance bien sombre qui tche. Le principe de lunit de temps, avec six heures dclines en cinq pisodes, est de nature restituer le sentiment durgence qui envahit Castle ds les premires pages. Le boulot est fait et bien fait, mme si on pourrait reprocher une certaine prvisibilit des vnements dans la deuxime moiti de larc. Cependant, le scnariste peut sappuyer sur la solidit de son illustrateur Michel Lacombe (http://babyl.dyndns.org/~michel/), un dessinateur canadien techniquement trs soign, et qui sait, par son traitement cinmatographique, immerger pleinement le lecteur dans la narration. Le rendu est dynamique, vivant. Sa patte crayonne tend vers le ralisme et son approche de lencrage lassocie encore un peu plus lcole Bryan Hitch. Un artiste surveiller, donc. Enfin, et mme si leur style apparat quelque peu en dcalage avec le reste du contenu, les cinq couvertures signes Dave Johnson sont tout bonnement superbes.

En dfinitive, ce seizime volume propos par Panini est une excellente surprise. condition de ne pas en attendre trop, car il est vident que les ingrdients sulfureux sont connus, la sincrit du propos et la justesse de son excution lemportent largement et font passer un moment trs agrable. Du bon pop-corn comic-book comme on laime. Reste rincer le trench-coat

[Nicolas Lambret]

MAX : Punisher 16 Six heures vivre , Panini Comics, 12