[FRENCH] Depuis deux ans, une saison de Smallville n’est pas complète sans son épisode écrit par Geoff Johns. Pour cette dixième et ultime saison, le scénariste a décidé d’introduire deux de ces personnages favoris : Booster Gold et Blue Beetle. Quand cet épisode est également réalisé par Tom Welling, la star du show, on ne peut qu’être curieux de voir le résultat. À quelques épisodes de la fin, utiliser des héros « guest-stars » semblaient un peu freiner l’étape finale de l’évolution de Clark Kent en Superman. Mais le scénariste de Green Lantern et Flash sait faire la part des choses et intègre parfaitement ces nouveaux héros dans l’univers Smallville.

Un héros, sinon rien
Tout commence par un sauvetage. Cependant, le justicier venant à la rescousse du pauvre Jaime Reyes n’est pas le Flou (l’alter-ego de Clark dans Smallville) mais Booster Gold. Le super-héros fait sensation et attire les médias. De quoi rendre jaloux Clark… Et Lois ! Cette dernière entend bien faire de son futur mari le héros de Smallville. Quand en plus, le jeune Jaime se retrouve doté de l’armure incontrôlable de Blue Beetle, tout se complique. Qui sera le sauveteur de Metropolis ?

Du papier à l’écran
Geoff Johns avait déjà prouvé qu’il savait adapter les personnages de DC pour le petit écran. Après l’introduction réussie de la Légion et de la JSA, il récidive avec Booster Gold. Les origines de Michael Carter sont fidèles aux comics : justicier arrogant, frimeur et cupide, il s’avère être une star déchue de football, originaire du XXVe siècle, qui a volé son équipement dans un musée. Son interprète, Eric Martsolf, joue à merveille les deux aspect du personnage. Dans cet épisode, on découvre aussi Blue Beetle, version moderne. Cependant, la transition est moins réussie (notamment à cause de la réalisation de l’armure). Le scénariste se permet quelques clins d’oeil comme l’apparition de Ted Kord, la référence à Dan Garrett (ici employé de Kord Industries) et la présence de Skeets, le robot allié de Booster.

Super Clark ou Ordinary man ?
Même s’il devient évident que Clark ne revêtira le costume rouge et bleu de Superman que lors de l’épisode final, dans trois semaines, l’histoire s’attarde sur la « création » de Clark Kent, à savoir le journaliste étourdi et maladroit, doté de grosses lunettes. Cet aspect du scénario est distillé du début à la fin et donne lieu à des scènes hilarantes. Malgré tout, quelques allusions à l’Homme d’Acier viennent ponctuer le tout, notamment une scène classique avec une cabine téléphonique…

Un spin-off bleu et doré ?
L’ensemble de l’épisode donne envie de voir les péripéties de Booster sur une plus longue période. La fin laisse une ouverture possible à un team-up Blue Beetle/Booster Gold, version élève et maître. Avec quelques ajustements, pourquoi pas ? bref, ces 40mn ne sont pas un simple fill-in. Elles apportent un vrai plus à la mythologie « smallvillienne ».

[Pierre Bisson]