[FRENCH] Cette semaine je me suis plongée dans l’histoire fascinante de Monsieur Personne. Même une novice comme moi aura reconnu le personnage de l’homme invisible, revisitée par Jeff Lemire. On entre dans cette histoire par la route (a priori unique) qui traverse la petite ville de Large Mouth (traduire Grande Bouche), 763 habitants au compteur et célèbre pour ces concours de pêche. Le centre d’attraction du village n’est autre que l’unique restaurant/motel/épicerie, certainement le lieu le plus vivant où chacun vient échanger sur la pluie, le beau temps et la dernière saison de pêche ! Bref tout le monde connaît tout le monde et c’est dans ce petit univers bien rangé qu’un étrange personnage, inconnu au bataillon, décide de s’installer : Monsieur Personne. Étrange c’est bien le terme : comme pour alimenter les ragots, ce monsieur à le corps complètement recouvert de bandage ! Pas un seul centimètre carré de sa peau n’est visible. Forcément il dérange un peu !

Personne ne sait rien de lui mais surtout personne ne veut rien savoir. Tout le monde préfère inventer des histoires farfelues à son sujet et le rendre responsable de tous les problèmes que la ville peut rencontrer. Seule la fille du propriétaire du restaurant semble passionnée par les bandages et l’homme qui se cache en dessous. Elle voudrait percer le mystère de sa venue et de son étrange costume. Et c’est en passant quasiment toutes ses soirées dans sa chambre qu’elle apprendra que Monsieur Personne est en réalité quelqu’un ! Ça va jaser dans le bourg !

Le style d’illustration et la dominante de bleu dans les couleurs donne une ambiance aussi froide et perturbante que le scénario. Au fil de la lecture, l’atmosphère devient de plus en plus oppressante et on sent qu’une fin tragique est inévitable. Cette réinterprétation de l’homme invisible est très touchante et nous pousse à réfléchir sur notre capacité à accepter les différences. Pour une fois nous ne sommes pas face à un super héros qui se sort de toutes les situations mais bien en face d’un homme qui essaie tant bien que mal de récupérer cette humanité qu’il a perdu en jouant à Dieu. Chimiste émérite il a réussie à mettre au point dans son labo de Chicago une « potion » d’invisibilité. Seul problème il ne trouve pas le remède pour renverser la vapeur ! Il est donc voué à disparaître s’il ne trouve pas la formule chimique qui le sauvera.

Un très bon titre à lire tranquillement et qui laisse quelques questions en tête : si mon regard sur le monde changeait, si je laissait sa chance à quelqu’un qui me paraît bizarre, le monde serait-il différent ? Meilleur ? A méditer…

[Mathilde Reveyron]