On vous l’a déjà dit, c’est une grosse semaine pour le Millarworld (Kick-Ass, The Magic Order et Hit-Girl). Hit-Girl a le droit à une « seconde saison » avec une nouvelle équipe créative. Pour l’occasion, la jeune super-héroïne s’envole pour Hollywood… et accueille le célèbre  Kevin Smith au scénario. Et il imposte son style dès le départ.

Hit-Girl Season 2 #1 [Image Comics]
Scénario de Kevin Smith
Dessins de Pernile Orum
Parution aux USA le mercredi 13 février 2019

Après avoir confié Hit-Girl à Jeff Lemire et Rafael Albuquerque, Mark Millar laisse sa « petite fille » entre les mains de Kevin Smith. Évidemment, quand l’un des cinéastes les plus loufoques doit raconter une histoire, il envoie son personnage à Hollywood. Cependant, tout commence dans une petite ville banale des États-Unis. Dans un lycée, plus particulièrement. Mais malheureusement, il se passe un événement trop fréquent aux USA : une tuerie par deux élèves. C’est là qu’intervient Hit-Girl ! Elle sauve la situation mais découvre qu’on prépare un film sur sa vie. Ni une ni deux, elle s’envole pour la L.A. Ces quelques lignes suffisent à résumer l’intrigue de ce premier numéro. Smith a relancé deux super-héros majeurs au début des années 2000 : Green Arrow et Daredevil. À la différence de Hit-Girl, ces deux personnages étaient nettement en perte de vitesse quand le scénariste leur a donné une seconde vie. Hit-Girl est une valeur sûre depuis sa création. Les différentes séries l’ont prouvé (que ce soit Kick-Ass ou Hit-Girl). Du coup, Smith frappe fort pour marquer le personnage de son empreinte. D’une part, en utilisant un point de départ contestable car traumatisant pour beaucoup d’Américains : une fusillade dans un lycée. D’autre part, en n’écrivant qu’une phrase de dialogue pour ces 22 pages. « Nuff’said » (Rien à dire/ Rien à ajouter) comme disait le grand Stan Lee. C’est sur ce modèle que Marvel avait lancé une série de one-shot où aucun personnage ne parlait. Le scénariste reprend cette formule qui fait mouche et laisse place à l’action et aux dessins.

« … »

Côté dessin, on découvre une nouvelle illustratrice : Pernille Orum. Le talent de la jeune femme se dégage dès la première page. Avec un style très « cartoon », on a l’impression de voir un dessin animé au fil des cases. Un découpage efficace et un soulignement des contours à la « cel shading »accentue cet aspect animation. L’absence de dialogue, et donc de bulles, lui permet de jouer avec les cadrages, sans avoir besoin de se préoccuper de ces détails. Une liberté qui laisse exploser le créativité de la dessinatrice.

Avec de duo « dynamique », Hit-Girl est encore une fois entre de bonnes mains. On en redemande.

[Pierre Bisson]