Batman est prisonnier de ses rêves, de ses fantasmes et de ses cauchemars. Et est-ce qu’après le traumatisme de Batman #50 Catwoman n’est pas celle qui représente le mieux, à elle seule, ces trois catégories ? Voici venu le moment d’une dernière danse avec Selina Kyle. Pendant ce temps Bane et Thomas Wayne se livrent à une autre sorte de ballet, qui permet de mesurer les forces en présence.

Batman #69Batman #69 [DC Comics]
Scénario de Tom King
Dessins de Yanick Paquette
Parution aux USA le mercredi 17 avril 2019

Occupé par ses albums « Earth One » autour de Wonder Woman, Yanick Paquette s’est fait rare ces derniers mois en ce qui concerne l’intérieur des fascicules de DC Comics bien qu’il reste un cover artist très régulier. Avec ce numéro de Batman, voilà l’occasion de le retrouver sur des pages non-liées à l’amazone. Et le résultat, sans flagornerie, est de toute beauté. On se souviendra que l’artiste avait déjà touché au couple Batman/Catwoman il y a huit ans, au moment du lancement de Batman Inc. Et cette nouvelle cuvée 2019 permet de mesurer la progression du dessinateur ces dernières années. Et pourtant sa prestation précédente n’avait rien de déshonorant, bien au contraire. Là, c’est un Yanick Paquette au top de sa puissance qui s’attaque au duo, avec ceci de particulier qu’il lui faut animer Bruce et Selina dans un cadre à part. Il doit les représenter dans un cadre pratiquement onirique alors que la force de Yanick tient plus de la matérialité des personnages, avec les muscles, les charpentes, les silhouettes. Et pourtant il s’approprie totalement ce compte-à-rebours graphique lors duquel le couple retraverse ses précédentes rencontres ou prises de bec. C’est vraiment un numéro de toute beauté. On en vient presque à regretter que ce niveau de dessin ne soit pas utilisé sur un annuel ou un épisode standalone qu’on pourrait conseiller aux lecteurs occasionnels, puisqu’en définitive il s’agit d’un chapitre dans la saga en cours écrite par Tom King.

« I’m the caped crusader. »

La matérialité des personnages, Yanick Paquette a l’occasion de l’aborder de manière plus directe, plus physique, avec l’autre pan d’histoire que lui offre Tom King, à savoir une discussion pour le moins « musclée » qui oppose Bane et Thomas Wayne, occupés à déterminer qui « porte la culotte » dans leur alliance contre Bruce. On reste toujours un peu incrédule devant les motivations de Thomas (pour faire le bien de son fils, il s’allie à celui qui lui veut du mal). Cette réserve sur la philosophie du Batman de Flashpoint n’empêche cependant pas d’apprécier le face-à-face entre ces forts caractères, face-à-face qui se charge d’apporter une dimension plus « punchy » à l’épisode. Il s’agirait maintenant que Tom King ne perde pas de temps et sorte désormais Bruce de ses « Knightmares » mais en tout cas voici un numéro à la fois élégant et fort, quand bien même il se passe en partie « seulement » dans la tête du héros.

[Xavier Fournier]