[FRENCH] La version TV De Walking Dead arrivait hier, aux USA, à la diffusion de son avant-dernier épisode (en tout cas pour ce qui est de la saison 1). L’occasion pour les héros du feuilleton de réaliser pleinement l’horreur de leur situation. Non seulement ils sont entourés de zombies mais ils ont eux-mêmes vocation à devenir l’ennemi. La contamination se poursuit…

La semaine dernière les morts-vivants s’étaient invités au barbecue que tenaient les survivants dans leur propre camp. Forcément l’ambiance champêtre avait été chamboulée ! Rien de mieux (ou de pire) que quelques morts qui n’étaient pas invités et qui commencent à dévorer les convives pour gâcher la soirée. Cette fois-ci, le cinquième épisode est donc globalement consacré à nettoyer la scène. Pour ce qui est de ceux qu’ils ont toujours connus comme des ennemis, Rick et sa bande n’ont pas d’état d’âme : un bon coup dans la tête et l’affaire est réglée. Mais il y a les autres. Ceux qui jusqu’à la veille étaient encore vivants et, par la force des choses, ne vont pas tarder à se réveiller en mode zombie. Là aussi il faut régler la situation et les comportements varient d’une famille à une autre… Le fil rouge (c’est le cas de le dire) restant une approche qui fait tâche, à coups de pioches ou de revolvers et de cervelles qui sautent (y compris sur l’objectif de la caméra).

Bref cet épisode revient dans le vif du sujet, avec les personnages qui réalisent enfin toute la problématique de leur situation. Si vous mourrez, vous devenez un zombie. Mais si vous vous faites à peine mordre, la sentence n’est pas différente. Et dès lors comment se comporter quand un des membres du clan se retrouve ainsi condamné à plus ou moins brève échéance. Faut-il l’abattre sur place comme un chien ? Ou lui laisser la chance d’une mort honorable ? Et est-ce qu’à l’usure les deux approches ne se rejoignent pas ? La barrière devient parfois floue… Le passage voit également l’amorce des liens entre Dale et Andrea (liens qui dans la BD étaient plus marqués dès le départ)…

J’aurais tendance à dire que c’est un bon épisode, même si on est plus dans l’après-action que dans l’action elle-même. Un bon épisode au moins pour les 3/4 de la durée. Après, il me semble que la réalisation s’égare un peu dans cette histoire de vidéo-journal. Pendant de longues minutes on est face aux mésaventures d’un personnage qu’on ne connait pas et qui ne « compte pas » autant que Rick et ses amis. Peut-être qu’il aurait été plus judicieux de disperser les éléments du vidéo-blog tout au long de l’épisode plutôt que de le regrouper ainsi d’un seul tenant. Pendant ce temps on se demande ce que deviennent les vrais héros et cet autre « Man in the hatch » (pour faire une analogie avec Lost) nous parait comme « imposé ».

Au final le gros souci c’est que Walking Dead n’a que six épisodes cette année. Ce qui fait qu’on sait qu’il faudra trouver une forme de résolution la semaine prochaine de manière à ne pas perdre les spectateurs et pouvoir les retrouver l’an prochain. Au train où vont les choses, avec une réalisation qui n’est pas spécialement « speed » on se demande vraiment si la production arrivera à faire avancer les choses avant cette pause énorme. Là aussi c’est un problème de contamination mais plus de zombies. Contaminés que nous sommes, nous en aurions bien pris une vraie saison d’une vingtaine d’épisodes pour asseoir le succès de Walking Dead. Beaucoup de choses se joueront donc là semaine prochaine…

[Xavier Fournier]