[FRENCH] Amis lecteurs, l’information ne pourra vous avoir échappé. Frank Frazetta, génie créatif majeur du XXe siècle, nous a donc quittés il y a plusieurs semaines (http://www.comicbox.com/index.php/news/deces-de-frank-frazetta-1928-2010/). La légende Frazetta ne fait que commencer. Vive le roi, évidemment. Pionnier de l’illustration fantastique, pionnier en particulier en matière d’heroic fantasy, les œuvres peintes du très grand Frank ont su stimuler les pinceaux de plusieurs générations d’amateurs éclairés ou profanes, de copistes, d’admirateurs, de dessinateurs de tout poil – des galeries d’art à Deviantart.

Qu’il s’agisse de lecteurs occasionnels des antiques «Livres dont vous êtes le Héros », de rôlistes, de joueurs de cartes « Magic » ou de « World of Warcraft »… les jalons posés par Frank Frazetta ont contribué à forger l’imaginaire de bataillons entiers d’apprentis orcs, magiciens ou sauvages guerriers.

Frazetta Comics, un projet mené par des fans

Dans le sillage des univers magiques que « Fraz » a créés, le monde des comics s’est largement lui aussi inspiré de ces portails « inter-dimensionnels » pour les dériver vers notre format 22 pages fétiche. Depuis plus de trente ans, les hommages, appuyés ou suggérés, se sont donc spontanément multipliés à l’instar de ce TPB originellement publié aux États-Unis par Image Comics (2008), sur une initiative des artistes Nat Jones (« 30 Days of Night », « 28 Days Later », « Rob Zombie’s- The Nail ») et Jay Fotos (« Sam & Twitch », « Spawn »).

Commentaire (re)composé

Et si on demandait à des auteurs de comics d’extrapoler autour des toiles du maître ? La promesse de ces « Mondes fantastiques de Frazetta » (vol.1), c’est ainsi de permettre au lecteur d’entrer dans ces célèbres illustrations, de découvrir un univers narré, une intrigue, par-delà les instantanés de Frazetta. Steve Niles (« Hellspawn », « Bad Planet »), Rick Remender (« The End League », « Red Sonja », « Punisher » ), Tim Vigil (« Faust », Avatar Press), Joshua Ortega (« Gears of War », « The Necromancer ») ou encore Peter Bergting (« The Portent ») – parmi d’autres – nous proposent quatre histoires indépendantes inspirées d’autant d’illustrations majeures de l’artiste : « Le Démon des Marais », « Le Royaume des Ténèbres », « Créatures » et « Dracula et le Loup-Garou ». D’une qualité assez inégale, elles méritent cependant toutes d’être lues avec entrain car l’exercice n’était pas aisé, loin s’en faut. Et franchement, le dessin de Bergting sur « Créatures » s’avère plus qu’engageant, avec une influence nette et bienvenue du côté de Mike Mignola.

Le fourreau ne fait pas l’épée, mais quand même…

Force est de constater que Bragelonne – Milady a bien fait les choses, et s’est très logiquement calé sur la parution anglophone. Parue en février dernier, l’édition française de ces épisodes comprend des notes, des extraits de scripts, des croquis préparatoires et des planches crayonnées spécifiques à chaque histoire. C’est là d’ailleurs l’occasion d’apprécier plusieurs « sketches » et couvertures particulièrement brillants signés Nat Jones. Au total, cette cinquantaine de pages apporte une dimension affective évidente au projet, et finit de conforter notre intérêt pour ces « relectures ». On attend à présent avec intérêt l’annonce du prochain volume.

[Nicolas Lambret]

« Les Mondes fantastiques de Frazetta » (vol. 1), Bragelonne-Milady – Coll. Milady Graphics, février 2010, 176 p.