[FRENCH] Comme les fidèles de www.comicbox.com l’auront noté, nous avons donc passé le week-end dans la ville anglaise de Leeds, où se tenait le deuxième festival Thought Bubble. Un show riche qui avait tous les avantages d’une petite convention (chaleur humaine, proximité avec les auteurs) mais aussi ceux d’une grande (sérieux des organisateurs). Plusieurs ateliers auront ainsi permis à des gens comme Adi Granov de donner de véritables cours de dessins à leur auditoire et la journée de samedi était marquée par la tenue de « panels », ces conférences où les auteurs discutent de leurs projets passés et à venir.

Niveau auteurs il s’agissait parfois de retrouvailles car nous connaissions certains d’entre eux. Comme Adi Granov, qui jouait en quelque sorte « à domicile » (puisqu’il réside à Leeds) ou Richard Isanove… Dans d’autres cas il s’agissait de découvertes. Le premier soir de notre séjour, la veille de la convention, nous faisions ainsi la connaissance de Robin Furth, qui œuvre entre autres choses à l’adaptation du la Tour Sombre de Stephen King chez Marvel.

C’est le lendemain que les choses sérieuses commençaient. Dans le cadre de Saviles, une salle d’exposition très adaptée à l’événement, les organisateurs (aidés par plusieurs membres du forum de Mark Millar, millarword.tv) avaient aménagé un espace qui permettait non seulement d’accueillir beaucoup de stands mais réservait un espace à des débats. Côté stand de Comic Box, nous avions parmi nous le dessinateur Jean-Marie Minguez, fréquent collaborateur (et ami) de la revue et nous nous retrouvions à côté du stand de Liam Sharp. Le crâne rasé et bardé de tatouage, connu en plus pour ses dessins de barbares baraqués, Liam était au contraire des apparences un modèle de gentillesse. Juste derrière nous se trouvaient les scénaristes Leah Moore et John Reppion, eux aussi très simples et sympathiques.

Première constatation en parcourant les allées: la scène anglaise dispose d’un mouvement de fanzines assez fort. Ils étaient venus en nombre animer des stands et se mêlaient à beaucoup de micro-éditeurs (dont certains proposant leurs propres pseudo-mangas ou leurs séries de super-héros). Ces stands permettaient de donner une richesse à l’ensemble, où il n’était pas toujours évident de deviner au premier coup d’œil qui était un professionnel ou bien un amateur convaincu (ou convaincant).

Le panel consacré à Marvel réunissait David Lafuente, C.B. Cebulski, Andy Diggle, Barry Kitson, Alex Maleev et Doug Braithwaite. Peu de choses fondamentalement nouvelles étaient annoncées si ce n’est qu’Alex Maleev parlait en quelques mots de la future série Spider-Woman, précisant que c’était un projet qui avait tardé à se mettre en place pour diverses raisons et qu’il était donc impatient de le voir enfin publié. Impatient, Andy Diggle l’était aussi mais pour des raisons différentes: c’est ce mercredi que sortira aux USA son premier épisode des Thunderbolts. Malheureusement, à cause du planning de production de Secret Invasion qui a pris du retard, Diggle se retrouve dans une situation très particulière où son histoire se déroule APRES Secret Invasion mais où il ne peut absolument pas en évoquer les retombées, de peur de spoiler la fin du crossover. Ce contexte fait que le scénariste disait avoir peur que les lecteurs s’impatientent tandis que lui est obligé de ronger son frein pendant quelques mois « mais les changements interviendront graduellement au fil de l’arc, j’espère que les lecteurs sauront nous laisser quelques épisodes pour juger pleinement de ce que nous voulons faire sur ce titre. ». C.B. Cebulski parlait brièvement de X-Infernus et de sa future minisérie Darkhawk: War of The Kings (dont l’existence avait filtré la veille). »Je ferais le lien entre Darkhawk tel qu’on a pu le voir dans la minisérie Loners (où il voulait arrêter d’être super-héros) et les épisodes récents de Nova où on voyait qu’il était devenu le protecteur du Projet Pégasus. Tout ça s’inscrit dans le cadre de War of The Kings, qui est une sorte de crossover se déroulant dans l’espace ».

Dans l’après-midi Mark Millar occupait un panel endiablé dont nous nous sommes déjà fait l’écho dans le week-end. C’était la première fois que nous rencontrions Mark Millar en dehors des conditions d’interviews et il se révélait un homme particulièrement affable, qui prenait soin de faire le tour des autres exposants et artistes, avec un petit mot pour chacun. Auteur très attendu lors de cette convention, Millar n’avait pas la grosse tête et s’exprimait avec simplicité, même s’il n’hésitait pas à balancer quelques vannes à l’occasion, plus histoire de rigoler de sa propre réputation. Le soir, c’est à regret que des gens comme Sean Phillips ou Mike Carey quittaient la salle, dans laquelle ils avaient pourtant signé toute la journée. Le temps était venu de faire une pause et de prendre un repas en commun, là aussi de manière à la fois très conviviale et très organisée. Déjà, le bilan de la convention était largement positif pour tout le monde mais il restait encore un événement à venir: le premier panel Comic Box, mené tambour battant avec Mark Millar, C.B. Cebulski, Mike Carey et Richard Isanove. Le résultat vaudra que nous lui consacrions un article à part entière dans les jours à venir mais il est certain que cette belle brochette d’invités ne nous aura pas déçus.

Qui plus est quand la soirée débouchait sur une « after-party » qui permettait aux auteurs, participants et aux bénévoles de se retrouver dans une ambiance très détendue qui durait, pour certains, jusqu’aux premières lueurs de l’aube. Globalement cette deuxième édition de Thought Bubble a été un succès, salué depuis massivement par les auteurs qui y étaient présents. Certains auteurs parlent même ces derniers jours d’un « spleen de Leeds ». Clairement la manifestation a été couronnée succès et même établi une sorte de « modèle » pour les auteurs présents. Outre ce compte-rendu nous reviendrons plus en détails sur certains panels et dédicaces dans les jours qui viennent, dès que nous aurons fini de trier le matériel récolté lors de ce week-end riche en émotions… Nous espérons que la recette fera école et tenons à remercier tout particulièrement Tamsin et Lisa pour la qualité de leur organisation.

[Xavier Fournier]