La Table Ronde : Ultimate Comics Spider-Man #2[FRENCH] Retour de La Table Ronde ! Chaque vendredi, la discussion d’une partie de l’équipe après la lecture d’un comic-book paru le mercredi précédent aux USA. Autrement dit la retranscription d’une discussion façon « autour de la machine à café » sur ce que certains d’entre nous ont pensé d’un comic de la semaine. Cette semaine : Ultimate Comics Spider-Man #2. ATTENTION. SPOILERS WARNING : Cette discussion concerne un comic-book qui a été publié aux US et, pour les besoins de la discussion,  nous partons du principe que seuls ceux qui l’ont lu (ou ceux qui n’ont rien contre les spoilers) sont susceptibles de la consulter. Si vous n’avez pas encore lu l’épisode en question, pas de panique, attendez d’avoir pu le parcourir. Cette page vous attendra au même endroit… Si vous passez cet avertissement, c’est en toute connaissance de cause…

Ultimate Comics Spider-Man #2Pierre Bisson : Let’s go ?

Xavier Fournier : Vite, tous à la Comicboxmobile !

Antoine Maurel : Hahaha

Pierre Bisson : Ok, parlons de cette daube…

Xavier Fournier : Ah ben ça a le mérite d’être clair au moins. D’autant qu’il faut préciser que Pierre est jusqu’ici le plus client d’Ultimate Spider-Man chez nous…

Antoine Maurel : Je l’ai également été pendant longtemps, j’ai toujours bien aimé le concept de la ligne Ultimate et, globalement, son exécution. Mais là il faut reconnaître que l’addition est salée… Encore que, je veux bien donner sa chance au nouveau USM dans l’absolu. Par contre, ce 2e épisode était un non-sens absolu !

Xavier Fournier : …même le #1…
Pierre Bisson : oui, pourquoi s’embêter à relancer la série au numéro 1? c’est purement marketing.

Xavier Fournier : Pour moi le souci principal est le scénar. Cela dit, il faut voir les effets pervers d’Ultimatum qui tendent à promettre le changement alors qu’Ultimate Spider-Man avait été une série très stable jusqu’ici et que ça jouait plutôt la carte de la linéarité. Du coup quand Bendis continue dans la linéarité alors qu’on voudrait voir les conséquences d’une presque fin du monde, on est déçu…

Antoine Maurel : Le 1, pourquoi pas… même si tout est loin d’être bon, il y a une ou deux idées (enfin, une, surtout, OK, à savoir balancer Johnny Storm en coloc de Peter). Le 2, je n’avais pas vu ça depuis la saison 2 de Heroes

Xavier Fournier : A la lecture, je suis frappé par le fait que ceux qui ont gardé des traces d’Ultimatum se limitent essentiellement aux super-héros. Pour le commun des mortels je ne dirais pas qu’il ne s’est rien passé mais bon, ils ont repris leur vie presque comme si de rien n’était… (Je pense que c’est pour coller au souci « d’accessibilité » et d’identifiant de la série, histoire que les kids s’y reconnaissent). Ce qui fait que finalement Ultimatum/Magnéto est passé par là, a manqué de ravager la planète et les autres reprennent les cours comme si de rien n’était…

Antoine Maurel : Un 2e épisode à la fin duquel on est limite moins avancé qu’à la fin du premier, ça relève de l’exploit !

Xavier Fournier :
La comparaison avec Heroes est pas idiote. Dans la saison 1 aussi y avait cette « promesse » d’une New York ravagée, pour se finir en ellipse (et non pas en éclipse)

Antoine Maurel : Ah oui tiens, je n’y avais même pas pensé. M’enfin quand on est à invoquer Heroes comme référence, la messe est dite, non ?

Pierre Bisson : Tout à fait raison…

Xavier Fournier : C’est aussi dommage d’avoir zappé le gros de la reconstruction parce que je pense qu’ils pouvaient se permettre de faire un Spider-Man « post-apocalyptique », un peu dans le ton de The Day After, Jeremiah ou de Walking Dead, au moins pour un arc ou deux quitte à ce qu’après il y ait reconstruction. Cela nous aurait donné un début de série bien plus dynamique…

Antoine Maurel : Oui, moi aussi le côté « NY reconstruit en 6 mois et plus personne n’en parle » m’a agacé. Bien d’accord avec toi, Xavier, il y avait une chouette opportunité.

Pierre Bisson : Ce que je n’ai pas compris, c’est que la sollicitation de correspond pas vraiment au produit. on nous laissait croire qu’un autre Spidey était le héros de NY

Xavier Fournier : oui bah ça…

Pierre Bisson : Mais c’est toujours ce bon vieux Parker…

Xavier Fournier : c’était pour essayer de vendre un suspens… « ouh ouh attention c’est peut être un nouveau Spider-Man, non revenez on déconne… »

Antoine Maurel : Oui, une permutation de Spideys aurait pu être amusante. Là on revient juste à un statu quo légèrement modifié

Xavier Fournier : C’est un grand classique le coup de « quelques mois plus tard » quand ils veulent relauncher Spider-Man. Howard Mackie et John Byrne l’avaient fait après Chapter One, à la fin des années 90. Ils nous l’ont fait au début de Brand New Day. Comment croire que Parker, Ultimate ou pas, pourrait passer six mois sans que les ennuis lui tombent dessus ? Sans qu’un retour d’un Goblin (ou quelqu’un du genre) l’oblige à reprendre du service

Antoine Maurel : Qui en plus a de moins en moins de raisons d’être dans la mesure où il y a One More Day dans le Marvelverse classique.

Xavier Fournier : Cela dit l’avantage du Ultimate Human Torch c’est qu’il n’est plus lié à aucune série et qu’il en devient donc un personnage avec lequel Bendis peut tout faire. Autant dans le prochain numéro on pourrait nous dire que c’est Carnage qui se fait passer pour lui ou un truc du genre… C’est la grosse différence avec Brand New Day, ils ont tellement taillé dans l’univers Ultimate que « nobody is safe »…

Pierre Bisson : Johnny gravite dans USM depuis un moment qd même

Antoine Maurel : Oui, son intégration est loin d’être déplacée. En plus c’est assez raccord avec l’amitié qui les unit dans l’univers classique. Même si ça n’a pas grande importance. L’ellipse de six mois ne me choque pas, si ce n’est par ce que tu relevais, à savoir le potentiel post-apo complètement loupé. Certes, ce serait un bon revirement.

Xavier Fournier : Mais je ne me passionne pas pour les versions Ultimate d’Electro ou du Hood… Non sorry pas Electro, Mystério…

Antoine Maurel : La méprise était compréhensible tant les looks se confondent ! J’ai tout de même bien aimé l’idée de la mort du Kingpin Si elle a le bon goût de rester définitive, s’entend.

Xavier Fournier : Jusqu’à la prochaine réunion de la Main quand six ninjas se sacrifieront pour ramener le Kingpin dans le domaine des vivants …

Antoine Maurel : J’ai un peu peur que tu aies raison, Xav.

Xavier Fournier : oui, cela dit entre dans le même cadre que ce que je disais pour Johnny, l’argument nobody is safe peut jouer…

Xavier Fournier : Moi je bloque sur le dessin. Le problème que j’ai avec l’artiste c’est que je trouve que c’est une erreur de casting. Ce n’est pas du tout un mauvais dessinateur mais c’est un style qu’on s’attendrait à voir dans Runaways, pas dans les aventures d’Ultimate Spider-Man.

Antoine Maurel : Perso, je préfère ça à du Bagley, mais après Immonen, c’est très très dur… Bin à la limite, le côté « Bagley mangaïsé » marche pas trop mal dans le contexte, je trouve. Si tant est que le contexte ait encore quelque chose à voir avec la promesse originelle de la ligne Ultimate. Ce qui n’est plus vraiment le cas.

Pierre Bisson : Tu es le seul à ne pas aimer Bagley ici je pense.

Antoine Maurel : J’ai juste une admiration éperdue pour Immonen. Et oui, au risque de ramener un vieux débat sur le devant de la scène, je n’ai jamais compris ce que vous trouvez à Bagley.

Xavier Fournier : Oui enfin il a quitté la série y a des plombes, donc c’est un autre sujet en soi. On reparlera de Bagley le jour ou on parlera de son arrivée sur Justice League of America.

Antoine Maurel : Pour revenir sur Lafuente, le vrai problème est qu’il n’a pas beaucoup de consistance sur la durée. Il ne tient pas son style d’un bout à l’autre.

Xavier Fournier : yep, Lafuente est variable. Il se cherche encore
Antoine Maurel : Des visages intéressants par moments. Après sur la morpho globale et certaines scènes d’action, il est encore un peu à la rue…

Xavier Fournier : … Là où on peut pas dire mais les artistes précédents de la série avait un style très codifié…

Xavier Fournier : C’est un problème de tonalité, ça sonne pas Ultimate pour moi… Même sans comparer à ce que a précédé.. Parce qu’après si on y va par là quand ils sont passés de Ditko à Romita Senior sur Amazing Spider-Man… Il y avait changement de style aussi

Antoine Maurel : Ah oui, entendons-nous, je ne suis pas contre le changement.

Pierre Bisson : Pareil, on dirait « Mary Jane loves Spider-Man ». On dirait que la cible est plus « girly ». Entre le design et les histoires d’amour/amitié…

Xavier Fournier : Là pour le coup il aurait fallu autre chose, bien que rien de précis ne me vienne à l’esprit…

Xavier Fournier : et les nouvelles ennemies ?

Antoine Maurel : Un peu court pour en juger, mais il est évident qu’elles ne m’ont pas laissé un souvenir impérissable… Cela dit j’ai toujours bien aimé le concept de Ball & Chain.

Pierre Bisson : J’attends de voir Mystério

Pierre Bisson : Je l’ai rarement vu en meneur d’hommes, en Caïd

Xavier Fournier : Tu viens de résumer l’épisode en une phrase Antoine: « pas laissé un souvenir impérissable… »

Antoine Maurel : Ah si l’épisode en lui-même, je m’en rappellerai ! C’est un peu un cas clinique de « How not to do it », selon moi. Je ne me souviens pas d’un autre épisode de Bendis où le cliffhanger ait été aussi inexistant.
Et il ne fait que répéter ce qu’il a déjà posé dans le premier, en moins bien. La seule info concerne l’arrivée des deux nouvelles adversaires.

Xavier Fournier : Faut voir la révélation éventuelle de Johnny dans le #3 mais après le pétard mouillé d’Ultimatum ça met pas en confiance…

Antoine Maurel : C’est certain.

Pierre Bisson : C’est prévu toutes les deux semaines ?

Pierre Bisson : Si on parle des post-Ultimatum, le Ultimate Avengers m’a laissé un meilleur souvenir…

Antoine Maurel : Mais les Ultimates (qu’ils s’appellent Avengers ou non) ont toujours été à part dans la gamme… Et en représentent clairement le haut du panier.

Xavier Fournier : Parce qu’ils sont politisés tels qu’écris par Millar là où Spider-Man reste centré sur sa propre vie.

Antoine Maurel : C’est vrai. C’est aussi que, en 24 petits numéros, ils n’ont pas eu le temps de galvauder le concept (Je fais l’impasse sur le run Loeb/Madureira )

Xavier Fournier : Qui était autre chose, c’est sûr…

Antoine Maurel : Les deux premiers arcs, c’est typiquement le comic-book que tu vas mettre en main à quelqu’un qui veut se mettre au super-héros. Le reste, mais ça on le savait depuis le départ, est prisonnier du fait que, 100 n° plus tard, c’est tout aussi abscons que n’importe quel comics classique.

Pierre Bisson : c’est ce que j’ai filé à plein de potes non initiés

Xavier Fournier : C’est sur que le prob d’Ultimate Spider-Man c’est d’avoir duré… Tu le file en conseillant les deux premiers TPB… puis quand c’est une série qui regroupe quoi ? une vingtaine de TPB + des crossovers ? Tu te vois le conseiller à un newbie ? « Tiens prends ces 18 tomes pour essayer si ça te plait » ?

Pierre Bisson : ouais, la meilleur période est jusqu’à la réapparition du Bouffon Vert (vers le #22) et après pouf…

Antoine Maurel : Alors quel genre d’ami serais-tu si tu orientais tes proches vers…. ça !?!

Xavier Fournier : cela dit y a surement quelqu’un quelque part qui aime…

Antoine Maurel : Ou qui en assume l’écriture, au moins, certes…

Xavier Fournier : moi j’aurais quand même tendance à dire tu prends tes $ et tu les place ailleurs…

Antoine Maurel : Concernant cet Ultimate Comics Spider-Man ? Oui, carrément !  Pour le moment, ça n’est vraiment pas convaincant.

Xavier Fournier : au passage.. le rapport n’est que lointain justement mais comme c’est écrit par Bendis… Quelqu’un pourrait lui rappeler qu’il a écrit Ultimate Origins et que ce serait bien de s’en servir quelque part ?

Antoine Maurel : Oh, tu es rosse, il y a une demi-case d’allusion au début d’Ultimatum, non ?

Xavier Fournier : au moins

Antoine Maurel : Sinon, oui, y’a intérêt qu’il finisse par s’en servir, sinon ça aura été aussi utile qu’un Ultimate Marvel Team-Up… Et je pèse mes mots !

Xavier Fournier : « mais non attendez les gars, on vous prépare un mega crossover titré Ultimate Resolutions »  à 3,99$ l’épisode…

Antoine Maurel : Et pourquoi pas, d’ailleurs… Mais alors qu’ils ne s’étonnent pas si les chiffres plongent…

Xavier Fournier : « et vous découvrirez que le père de Parker allait à la même cafétéria que Victor Von Doom »

Pierre Bisson : ah ah
Antoine Maurel : Et que la machine à café était en fait un Gardien… Ça a l’air bien !

Xavier Fournier : sauf reprise en main, quand même, je pense qu’un fois passé l’effet Numero Uno Ultimate Spider-Man va se tasser…

Antoine Maurel : Et, honnêtement, le contraire serait très décevant. Effectivement le côté n°1 va jouer… Mais si le n°4 (après les précommandes des trois premiers, donc) reste au même niveau, ce ne serait pas vraiment un encouragement à produire de la qualité.

Pierre Bisson : Au besoin, ils relanceront la série une troisième fois.

Xavier Fournier : Ou ils reprendront l’ancienne numérotation au #200…

Antoine Maurel : Hahahaha

Xavier Fournier : Pour pas finir sur une note négative je dirais qu’il vaut mieux investir dans un autre truc cette semaine, comme Invincible Iron Man et bien d’autres encore…

Antoine Maurel : Je n’ai pas eu le temps de lire. Mais je n’ai aucun doute quand au fait que c’est mieux !

See you next week…