[FRENCH] Pendant les décennies d’absence du Ultimate Captain America, les USA ne pouvaient pas rester sans super-soldat. En particulier en temps de guerre. Il y avait donc bien un émule de Cap dans l’ombre, émule qui est maintenant passé du côté obscur et en veut à mort à Steve Rogers pour ce qui lui est arrivé, à lui. Jason Aaron importe un autre personnage dans l’univers Ultimate et ce n’est pas juste un « autre » Captain America.

Ultimate Comics Captain America #1 [Marvel Comics] Scénario de Jason Aaron
Dessins de Ron Garney
Sortie aux USA le mercredi 5 Janvier 2011

Un autre super-soldat qui réapparait du passé et qui en veut énormément à Steve Rogers ? Si vous pensiez qu’il s’agissait de refaire à la sauce Ultimate la saga du Captain America des années 50 récemment revu dans les histoires de Brubaker, vous vous trompiez. Si vous songiez aux variantes façon Black Hulk que Mark Millar utilise dans ses Ultimate Comics Avengers. Jason Aaron organise au contraire une confrontation entre Cap et un autre super-soldat connu dans l’univers Marvel classique. D’ailleurs, il en faudrait peu pour que ce scénario puisse totalement fonctionner dans la continuité historique de l’éditeur, puisqu’il repose sur une extrapolation de concepts remontant à Frank Miller.

Dans le même temps il est intéressant de retrouver ici la même creative team que sur le récent Wolverine: Weapon-X. Jason Aaron peut donc continuer sur une de ces marottes récentes, les relations entre super-soldats (après Wolverine, Cap et Deathlok…) et un sens cette saga peut sembler une suite thématique. Peut-être même une idée rescapée de Weapon-X et retravaillée pour l’incorporer au monde d’Ultimate. Cela dit, comme ce Steve Rogers là est autrement plus coriace que le classique, la confrontation entre les deux fortes têtes promet bien plus qu’un simple « j’ai été Captain America en ton absence ». Si on la compare à d’autres séries Ultimate du moment comme Ultimate Comics Thor, j’ai quand même une préférence pour le Thor mais ce Ultimate Comics Captain America #1 reste plaisant à lire.

[Xavier Fournier]