[FRENCH] Vous êtes fans de zombies ? Ce n’est pas le cas du scénariste Alan Grant si on doit en croire la préface du TPB de The Dead: Kingdom Of The Flies. Et pourtant il s’en tire à merveille quand il se lance à nous raconter les aventures d’une brigade de pompiers encerclés par des morts-vivants. Ajoutez à cela le style bien corsé de Simon Bisley et vous obtenez 100 pages qui, sans révolutionner le genre, occupent sacrément bien l’espace.

The Dead: Kingdom Of The Flies GN [Berserker]
Scénario d’Alan Grant
Dessin de Simon Bisley
Déjà disponible

Un jour, les morts se sont relevés et ils avaient faim. La rengaine est connue, codifiée même, à travers d’innombrables films et comic-books. Alan Grant y place son grain de sel en amenant la chose au niveau d’une catastrophe globale, centrée autour d’une caserne de pompiers confrontés à ces événements horribles. Pour certains aspects on n’est pas loin de l’ambiance montrée dans certains documentaires montrant les soldats du feu pour des catastrophes genre 9/11. Les hommes (et les femmes) sont obligés de serrer les coudes mais dans le même temps les tempéraments s’échauffent, les sales coups pleuvent… Et dehors les zombies attendent de passer à table. Grant s’en donne également à cÅ“ur-joie avec les médias, toujours prompts à faire des coups et des émissions spéciales… Là, en l’occurrence, c’est l’hécatombe chez les présentateurs de TV, chacun voulant montrer « son » zombie à l’écran. En ayant potassé le sujet de manière discutable (comme une réplique d’anthologie : « Comment reconnaître un zombie ? Les zombies sont à la base des gens morts… ») A chaque fois la tentative se terminera de façon plutôt gore…

On peut d’ailleurs compter sur le dessinateur Simon Bisley (et son encreur Andrew Brown) pour ne se fixer aucune barrière dans les diverses scènes de tueries. Les tripes explosent, les organes génitaux sont à l’air. Berserker n’étant pas un éditeur américain, les auteurs sont plus libres que pour la plupart des publications made in USA. Et l’action est soulignée par l’usage généralisé de certaines perspectives accentuées. Âmes sensibles s’abstenir (mais bon, qu’auraient-elles donc, les âmes sensibles, à venir lire des BD sur les zombies). Ne vous attachez pas non plus aux personnages car aucun n’est à l’abri d’y passer. Dans les quatre épisodes que représentent ce TPB, Grant a le temps de laminer un certain nombre de personnages auxquels on croyait déjà s’habituer. Moins intimiste que Walking Dead, The Dead: Kingdom Of The Flies donne plus de place à l’action et à une certaine forme de caricature. On ne voit pas passer les 100 pages et, dans un genre qui est pourtant déjà usé jusqu’à la corde, Grant et Bisley nous entraînement cependant avec force (A noter que ce recueil contient également les couvertures énergique de Glenn Fabry).

[Xavier Fournier]